France Culture
France Culture
Publicité

Le délitement de la Syrie et de l’Irak est des plus attristants pour une conscience humaine, encore davantage pour une conscience instruite et nourrie par la tradition et la culture arabe et islamique.

A citer ces deux pays, un long cortège de poètes, de savants, de polygraphes, d’artistes défile dans l’imagination (les poètes Abu Tamam, Abu Nawas, Mutanabi, Ma’ari ; les soufis Junayd, Hallaj, Shebli ; les philosophes Kindi, Farabi ; Khuwarazmi, l’inventeur de l’algèbre, Ibn Haythem qui a fait muter l’optique grecque ; le polygraphe Tawhidi ; l’encyclopédiste Maç’udi), parmi tant d’autres….

Publicité

On croyait que cet héritage pouvait constituer une barrière sainte pour la sauvegarde de ce pays. Or il n’en est rien. Il semble que la sainteté de l’esprit ne résiste pas à l’instinctde mort. C’est d’autant plus désolant que le déferlement de Thanatos se produit en toute légitimité religieuse, certitude inébranlable, la bonne conscience que procure la foi, indiscutable. Faut-il rappeler à ces « fous de Dieu » que le mot qui revient le plus dans le Coran, c’est le Dieu miséricordieux, eh bien ce Dieu miséricordieux est le grand absent dans les actes que produisent les fanatiques islamistes.

Bibliographie

dernir livre paru sur l'Irak aux Ed. Fayard (2014)

*Histoire politique du clergé chiite : XVIIIe-XXIe siècle *