France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Le féminisme en islam apparaît simultanément en plusieurs endroits de notre planète dans les milieux intellectuels et universitaires des années 1990.

Elaboré d’abord en Iran par des écrits théologiques rassemblés dans la revue *Zanân * (« Les femmes »), il se répercute aux Etats-Unis et en Europe apparaissent alors une exégèse féminine des Ecritures coraniques qui seront par la suite inspirées par les Etudes de Genre, ainsi que des figures de proue, à l’instar de l’afro-américaine Amina Wadûd qui mit en pratique les conclusions auxquelles elle a abouti en décidant d’être imam pour diriger une prière du vendredi mixte tout en prononçant le sermon qui la précède.

Publicité

Aussi notre invitée rend-elle compte d’un phénomène sociologique éminemment politique. Il s’agit de pratiques qui sont liées soit à la production de textes (théologie féminine qui dépouille le texte de ses interprétations patriarcales), soit à de nouvelles fonctions religieuses (comme les muftiyât en Turquie, les prédicatrices –murshidât-- au Maroc), soit à des mouvements et autres associations travaillant parfois avec les cercles féministes séculiers.

Bibliographie

*Le féminisme islamique aujourd’hui, Critique internationale, * janvier-mars 2010, n° 46, SciencesPo. Les Presses, Paris (textes de Stéphanie Latte Abdallah, Margot Badran, Azadeh Kian, Amélie Le Renard, Souad Eddouada et Renata Pepicelli)

Féminismes islamiques, Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, collectif sous la direction de Stéphanie Latte Abdallah, n° 128, 2010-2, Publications de l’université de Provence