France Culture
France Culture
Publicité

24 heures autour du livre

**Redifusion du 1er mars 2013 ** 2013C6125E0005 (59’26)

Publicité

Au VIIIe siècle, Ibn al-Muqaffa’ traduit en arabe le *Pantchatantra * ou fables de Bidpaï venues d’Inde par la Perse, sous le titre du *Livre de Kalila et Dimna. * Ces deux noms désignent les deux chacals frères, héros de ce récit, l’un méchant intrigant, l’autre moralement intègre. Il s’agit d’un long récit avec une espèce de conte-cadre interrompu par une série de digressions où s’insèrent les fables animalières. Ce sont en somme des « fables-gigognes ». Ce qui mérite d’être relevé c’est que cette œuvre qui est la traduction d’une traduction fonde en langue arabe la prose de fiction. En outre, c’est à partir de ce texte arabe que l’œuvre connaîtra sa vocation universelle. Elle a été notamment une des sources de La Fontaine (à côté d’Esope). La traduction française, si heureuse, si fluide, constitue la première œuvre signée par le grand arabisant André Miquel. Parue initialement en 1957, elle vient d’être rééditée à la fin de l’année écoulée. Elle mérite de figurer aussi bien dans les bibliothèques de l’honnête homme que dans les manuels scolaires à côté des fables de La Fontaine.

Bibliographie :

Ibn al-Muqaffa’, *Le livre de Kalila et Dimna, * traduit de l’arabe par André Miquel, Klincksieck, 1957, 2012