Publicité
En savoir plus

Nous lançons un signal d’alarme suite au rasage le 5 mars dernier de la villa Aghion en Alexandrie,

hôtel particulier commandité par le notable alexandrin juif aux frères Perret, qu’ils bâtirent en 1926-1927.

Publicité

C’est un cri à l’adresse de la conscience patrimoniale.

Qu’en est-il de cette conscience dans les pays qui bordent la rive sud de la Méditerranée ?

Les tenants de l’identité exclusiviste voudraient effacer ou tout au moins négliger les vestiges légués à travers les siècles. D’amont, ils méprisent tout l’héritage antique pourtant parmi les plus denses du monde. D’aval, ils ne respectent pas la participation de ces pays et de leurs villes aux styles internationaux qui se sont succédé depuis 1830 à 1950. Dans la vision extrémiste, exclusiviste, identitaire, l’archéologie antique est assimilée au paganisme et au temps de la *Jahiliya. * Et la présence de beautés architecturales de l’âge industriel est confondue avec le colonialisme ou l’hégémonie occidentale. Il y a tout un travail de mobilisation, d’éducation, d’éveil à entreprendre pour asseoir une conscience patrimoniale qui fonde l’identité nationale sur la diversité qui la constitue, d’amont et d’aval. C’est cela qui empêchera les destructions barbares.

Bibliographie

Sous la direction de Mercedes Volait, *Le Caire-Alexandrie, Architectures européennes 1850-1950, * Cedej/IFAO, Le Caire, Etudes Urbaines 5, 2001