France Culture
France Culture
Publicité

Nous suivons Leïla Menchari à travers son itinéraire qui l'a conduite de Tunis à Paris ; avec elle, nous évoquons son enfance, qui ranime pour nous l'atmosphère de Tunis dans les années 1930. Elle a vécu intramuros, dans la médina, dans le faubourg historique méridional, en cette ville dont les vestiges sont le produit d'une hybridation méditerranéenne. En effet, les vestiges architecturaux de la ville combinent à l'époque médiévale le fonds latin et byzantin avec l'apport oriental arabe, et à partir du XVIème siècle circulent dans la ville des éléments architecturaux puisés dans les manières espagnoles d'Italie méridionale, ottomane, ce qui donne à la ville une dimension baroque, puis rococo, ce à quoi aboutit ce que l'on pourrait appeler l'art beylical du XIXème siècle. A côté de la médina, la ville coloniale bâtie par les Français montre un certain nombre de monuments soumis aux critères de l'Art nouveau (1900) ou de l'Art Déco (1930). C'est probablement toute cette atmosphère qui a formé le goût de Leïla Menchari, entre Orient et Occident, goût qui marque la théâtralité des vitrines qu'elle a réalisé depuis 1975 dans la boutique parisienne d'Hermès, au faubourg Saint-Honoré. Une dizaine de ces vitrines sont reconstituées pour l'exposition de l'IMA qui dure jusqu'au 6 juin. S'ajoute à cette expérience urbaine le rapport qu'a eu Leïla Menchari avec la mer, particulièrement à Hammamet, où elle passait ses étés dans un site inentamé d'avant le tourisme de masse. Le Hammamet d'alors pourrait être la métaphore du Jardin d'avant la Chute. C'était une réserve de senteurs et de lueurs qui comblaient tous les sens. C'était aussi un éblouissement de lumière entre la pénurie et la saturation de ce qui se tisse à la surface de la mer, du vert au bleu, chatoiement de turquoise, qui se fond dans la brume de l'horizon, laissant place au filtre qui purifie l'azur. C'était le Hammamet qui révéla Paul Klee à la peinture et qui a dû apporter à Leïla Menchari la franche subtilité du chromatisme qu'elle mit au service de ses décors. Bibliographie : Les vitrines Hermès - Contes nomades de Leïla Menchari , édition dirigée par Marie-Claude Char, textes de Michèle Gazier, préface de Michel Tournier, conception graphique : Benoït Gillain, Imprimerie Nationale Editions, 1999 Orient-Hermès - Les voyages de Leïla Menchari , Institut du Monde Arabe, Catalogue de l'Exposition ouverte au public du 19 mars au 6 juin 2010

L'équipe

Abdelwahab Meddeb
Production