Image de drapeaux nationaux devant le siège des Nations Unies à Genève, en Suisse. ©Getty
Image de drapeaux nationaux devant le siège des Nations Unies à Genève, en Suisse. ©Getty
Image de drapeaux nationaux devant le siège des Nations Unies à Genève, en Suisse. ©Getty
Publicité
Résumé

Lorsqu'elle fut adoptée, la Déclaration universelle des droits de l'homme voulait acter l'existence de droits universels pour tous et en tous temps. Pourtant, aujourd'hui encore, ces droits sont loin d'être systématiquement appliqués. Faut-il acter l'échec de la DUDH ?

avec :

Annick Cizel (Enseignante-chercheuse spécialiste de politique étrangère américaine à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.), Olivier de Frouville (professeur en droit international à l’Université Panthéon-Assas, directeur du Centre de Recherche sur les Droits de l’Homme et le Droit Humanitaire.), Françoise Tulkens (ancienne juge de la Cour européenne des droits de l’Homme.).

En savoir plus

« Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit. » déclarait René Cassin, co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, insistant sur cette idée qu’il existe un lien entre le respect des droits humains et la guerre.

"La déclaration s'inscrit dans l'héritage de la critique marxiste des droits de l'homme avec cette idée qu'il existe une interdépendance entre les droits : pour pouvoir jouir des droits économiques, il faut des droits économiques et sociaux." - Olivier de Frouville

Publicité

En effet, la Déclaration universelle de 1948, approuvée par l’Assemblée générale des Nations Unies au Palais Chaillot, était une réaction directe au traumatisme de la seconde guerre mondiale qui avait ravagé le monde. Son objectif : acter l’existence de droits pour tous et doter l’humanité tout entière de valeurs communes, mais aussi d’institutions permettant de les protéger - dans l’espoir, notamment, d’éviter de nouveaux conflits.

Les droits humains encore bafoués

Mais depuis, les choses n’ont pas tant changées le monde n’a pas été épargné et dans de nombreuses régions encore, les droits humains sont bafoués. Alors quel bilan tirer de la déclaration universelle des droits de l’homme ? Quelle a été son influence sur l’ordre mondial ? L’ambition et l’espoir des rédacteurs étaient-ils démesurés ? Surtout, sont-ils à la hauteur des défis actuels et futurs ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Extraits sonores : 

- Déclaration d’Eleanor Roosevelt au Palais de Chaillot le 10 décembre 1948 

-  Discours de René Cassin présentant la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (Document d'archive de l'ONU, 10 décembre 1948)

- Extrait du discours du commissaire pour les Droits de l’Homme à l’ONU, Zeid Ra'ad Al Hussein, le 05 septembre 2016 (05 septembre 2016)

- Nikki Haley, ambassadrice américaine aux Nations unies (Le Monde, 19 juin 2018)

- Extrait de la déclaration des droits de l’homme : lecture des articles 31 et 32

Extraits musicaux : 

- « Sunshine recorder » de Boards of Canada (label : Warp)

- « Declarations of rights » de The Abyssinians (label : Soul Jazz records)

27 min
3 min
29 min
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation