Une élève indienne cachée sous un masque représentant la terre lors de la journée mondiale de la Terre
Une élève indienne cachée sous un masque représentant la terre lors de la journée mondiale de la Terre
Une élève indienne cachée sous un masque représentant la terre lors de la journée mondiale de la Terre ©AFP - NARINDER NANU
Une élève indienne cachée sous un masque représentant la terre lors de la journée mondiale de la Terre ©AFP - NARINDER NANU
Une élève indienne cachée sous un masque représentant la terre lors de la journée mondiale de la Terre ©AFP - NARINDER NANU
Publicité
Résumé

Présentée par l’Unesco comme l’une des priorités pour l’avenir de la planète, l'éducation à l'écologie constitue le principal vecteur de sensibilisation des nouvelles générations aux défis climatiques. Mais elle demeure bien souvent lacunaire et peine à engendrer les effets vertueux attendus.

En savoir plus

Présentée par l’Unesco comme l’une des priorités pour l’avenir de la planète, l’éducation à l’écologie a fait l’objet de nombreux sommets et textes internationaux depuis les années 1970. Ces initiatives multilatérales qui infusent au niveau des politiques publiques des Etats sont en passe d’évoluer d’une logique gestionnaire -celle du développement durable- à une logique plus alarmiste -celle de l’anthropocène- d’adaptation à un changement climatique déclenché par l’Homme. Au niveau national néanmoins, par manque de moyens mais aussi par frilosité institutionnelle, l’éducation à l’écologie demeure lacunaire et peine à engendrer les effets vertueux attendus.

Dans quelle mesure les orientations fixées par l’Unesco et les initiatives multilatérales influencent-elles les politiques nationales d’éducation à l’écologie ? Comment l’avancée de la recherche scientifique et les projections inquiétantes qui se succèdent impactent-elles la conscience écologique des jeunes générations ? Comment les enseignants français, partisans d’un savoir affranchi de toute controverse politique, traitent-ils de ces problématiques ? Et enfin, comment la montée en puissance des sujets écologiques interroge-t-elle l’école sur son fonctionnement et ses principes ?

Publicité

Florian Delorme reçoit Angela Barthes, géographe, professeur à l’université Aix-Marseille et Sylvie Considere, géographe et maîtresse de conférence à l’ESPE de Lille.

"Pendant longtemps on a voulu donner des savoirs stabilisés aux élèves, à partir desquels ils devaient penser le monde. L’éducation au développement durable renverse les choses : on part du monde, et on essaye de le comprendre dans sa complexité. Mais elle nécessite de réintroduire la dimension politique, qui demande aux individus de s’interroger sur nos choix individuels et collectifs. Un point sur lequel le ministère de l’éducation nationale s’est toujours montré réticent" observe Sylvie Considere.

"En matière d’éducation à l’environnement, on pense aujourd’hui les changements dans la complexité et on cherche à mener une action politique, au sens de modification de la vie de la cité. Mais la question est de savoir laquelle, ce qui n’est pas explicité aux enseignants" note Angela Barthes.

À lire aussi : Unesco : vigie des politiques pour l’école

Seconde partie : le focus du jour

Les défis de l’éducation environnementale au Burkina Faso

Ecole au Burkina Faso
Ecole au Burkina Faso
© AFP - OLYMPIA DE MAISMONT

Au Burkina Faso, la sensibilisation des nouvelles générations aux problématiques environnementales constitue un enjeu majeur dans un pays particulièrement vulnérable aux conséquences du changement climatique. Impulsée dès les années 70 en réaction aux grandes sécheresses qui ont touché le Sahel, l’éducation environnementale vise à aider la population burkinabée à mieux gérer des ressources limitées, et dont le réchauffement climatique accélère la raréfaction. Mais entre l’instabilité politique, le faible taux de scolarisation et surtout le manque de financement, les obstacles à la sensibilisation écologique restent nombreux.

Avec Evariste Magloire Yogo, docteur en sciences de l’éducation et enseignant-chercheur à l’Université Joseph Ki-Zerbo d’Ouagadougou.

"L’éducation à l’environnement est très ancienne au Burkina Faso. Avant la colonisation, les jeunes burkinabés étaient initiés à la connaissance des plantes médicinales et aux vertus de leur environnement" explique Evariste Magloire Yogo.

Références sonores

  • Dans cette vidéo de l’Unesco, des enfants venus des quatre coins du globe (Angola, Allemagne, Japon et Espagne) expriment leurs vœux pour une planète plus propre (Unesco, 10 novembre 2014)
  • Témoignage de Martine Yotte, institutrice à Florac, sur la marge de manœuvre et la liberté laissée aux enseignants et d’Isabelle Malafosse, garde monitrice du Parc national des Cévennes qui est amenée à intervenir en classe (Vidéo du Parc national des Cévennes, 11 janvier 2016)
  • Lynda K’Habore, présidente de l’organisation Green Africa s'exprime au sujet de son premier projet intitulé "Eco Ecoles" à Ouagadougou. (Ouaga Showtime, 06 avril 2021)

Références musicales

  • "Brandon" de Manitoba (Label : Leaf)
  • "Lambi Golo" du chanteur sénégalais Sahad sur son nouvel album "Luuma"
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation