Vladimir Poutine et le patriarche Kirill de Moscou le 20 novembre 2021 ©AFP - Mikhail Metzel
Vladimir Poutine et le patriarche Kirill de Moscou le 20 novembre 2021 ©AFP - Mikhail Metzel
Vladimir Poutine et le patriarche Kirill de Moscou le 20 novembre 2021 ©AFP - Mikhail Metzel
Publicité
Résumé

Depuis la chute de l'Union soviétique, l'influence de l'Eglise orthodoxe russe n'a cessé de grandir. Le patriarcat de Moscou joue un rôle majeur dans la propagande du Kremlin, et apparait comme un allié de poids pour Vladimir Poutine.

avec :

François Mabille (chercheur en Sciences politiques au Groupe Religions, Sociétés, Laïcités au CNRS et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes), Kathy Rousselet (auteur), Detelina Tocheva (Chargée de recherche au CNRS).

En savoir plus

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, le soutien affirmé du patriarche de Moscou Kirill à la guerre lancée par Vladimir Poutine a choqué l’Europe, au point que l’Union européenne a envisagé de l’inscrire sur la liste noire de son sixième train de sanctions. Mais cette défense d’une action militaire que le président russe présente comme une croisade contre un Occident dégénéré s’inscrit dans la continuité d’un durcissement amorcé il y a plusieurs années, à la fois par l’Eglise et par le Kremlin. Pour un Vladimir Poutine soucieux de se maintenir au pouvoir, le patriarcat de Moscou est un allié de circonstance dans la diffusion de l’idée d’une Russie orthodoxe assiégée, et qu’il faudrait défendre à tout prix face à une mondialisation décadente. Pour le patriarche Kirill, servir les intérêts de l’État est une question de survie, car en dépit d’un retour affiché à la tradition, la société russe est en réalité largement sécularisée.

Comment les rapports entre l’Église et l’État ont-ils évolué en Russie depuis la période soviétique ? La religiosité affichée de Vladimir Poutine est-elle opportuniste ? Que représente le patriarche Kirill pour la Russie et le monde orthodoxe ?

Publicité

Florian Delorme reçoit Kathy Rousselet, directrice de recherche à Sciences Po.

"Dès 2011, les conservateurs orthodoxes ont utilisé la question de la famille et du genre pour marquer une opposition entre la Russie et l’Occident. Le patriarche Kirill s’est réapproprié cette rhétorique d’affirmation des traditions russes qui seraient mises à mal par un Occident sécularisé et décadent" analyse Kathy Rousselet.

Les focus du jour

Entre le patriarche Kirill et le pape François, un délicat rapprochement

Rencontre historique entre le pape François et le Patriarche Kirill à La Havane à Cuba le 13 février 2016
Rencontre historique entre le pape François et le Patriarche Kirill à La Havane à Cuba le 13 février 2016
© AFP - OSSERVATORE ROMANO

En février 2016, le patriarche Kirill et le pape François se rencontraient à Cuba, une première depuis le schisme de 1054 entre l'Eglise catholique et l'Eglise orthodoxe. Six ans plus tard, en mars 2022, les deux responsables religieux s’entretenaient en visio-conférence, dans la perspective d’une nouvelle réunion, envisagée pour le mois de juin 2022 à Jérusalem. Mais le projet a été suspendu à l’issue de l’échange, aucune position commune n’ayant pu être trouvée sur le conflit ukrainien. Cet échec illustre l’écart entre un patriarche porté par une vision géopolitique, et un pape tourné vers une approche humanitaire.

Avec François Mabille, directeur de l'Observatoire géopolitique du religieux de l'Iris, chercheur au CNRS.

"La surprise du pape François face au refus du patriarche Kirill d’appeler à la paix en Ukraine est étonnante quand on connait le lien, pourtant affiché, entre la politique étrangère russe et le travail de l’Eglise orthodoxe. On retrouve ici une forme de décalage entre une vision géopolitique portée par le patriarche Kirill et une activité internationale qui relève du champ humanitaire, qui est celle du Saint-Siège" observe François Mabille.

Le rôle des femmes dans l’église orthodoxe russe

Une jeune femme orthodoxe donne un baiser sur la croix avant de recevoir le sacrement
Une jeune femme orthodoxe donne un baiser sur la croix avant de recevoir le sacrement
© Getty - Antoine Gyori

Alors que le discours moral de l’église russe s’attache particulièrement aux questions de genre pour défendre une vision patriarcale et traditionnelle de la société, les femmes laïques s’avèrent jouer un rôle central dans la vie des paroisses. Des enseignantes en religion, qui disposent d’une réelle autorité morale, aux comptables qui assurent la survie financière de ces structures souvent fragiles, elles constituent un rouage essentiel des communautés orthodoxes.

Avec Detelina Tocheva, chargée de recherche au CNRS.

"Le rôle des femmes dans le développement post soviétique de l’Eglise orthodoxe a été fondamental et continue de l’être à l’heure actuelle. Différentes études confirment qu’il y a plus de femmes que d’hommes qui fréquentent régulièrement les églises, et ce sont souvent elles qui s’engagent pour faire vivre les paroisses" explique Detelina Tocheva.

Références sonores

  • Le patriarche Kirill évoque les liens étroits qui lient le Kremlin et l’Eglise orthodoxe russe (Extrait du documentaire « Le patriarche et le tsar » d’Alice Cohen, Arte, 2017)
  • Dans un documentaire diffusé sur la télévision d’Etat russe Rossia 1, Vladimir Poutine assure en 2017 que la Russie et l’orthodoxie étaient « indivisibles » (France 24, 06 janvier 2017)
  • Le patriarche Kirill avalise l’invasion de l’Ukraine par la Russie (BFM, 04 mai 2022)
  • Lors de son escale à Cuba en février 2016, le Pape François a rencontré le patriarche Kirill, la première rencontre entre les deux dirigeants religieux depuis le schisme de 1054 (TF1, 13 février 2016)

Références musicales

  • « Licht » de Christian Löffler (Label : Ki records)
  • « Love » du groupe russe The Padla Bear Outfit & Mak (Autoproduit)
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Clément Perrier
Collaboration