Un soldat des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à la frontière irako-syrienne dans la province nord-est d'Hassaké le 29 mars 2022
Un soldat des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à la frontière irako-syrienne dans la province nord-est d'Hassaké le 29 mars 2022
Un soldat des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à la frontière irako-syrienne dans la province nord-est d'Hassaké le 29 mars 2022 ©AFP - Delil SOULEIMAN
Un soldat des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à la frontière irako-syrienne dans la province nord-est d'Hassaké le 29 mars 2022 ©AFP - Delil SOULEIMAN
Un soldat des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à la frontière irako-syrienne dans la province nord-est d'Hassaké le 29 mars 2022 ©AFP - Delil SOULEIMAN
Publicité
Résumé

Après une première partie à Kaliningrad, enclave russe dont l'intérêt stratégique n'a jamais été aussi fort depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, direction la Syrie où la Turquie s'apprête à lancer une nouvelle intervention militaire.

avec :

Manon-Nour Tannous (Politologue, maître de conférences à l'Université de Reims, enseignante à Sciences Po et chercheure associée au Centre Thucydide (Université Paris II) et au Collège de France (chaire d’histoire contemporaine du monde arabe)), Vladimir Vasak (journaliste pour Arte Reportage), Leïla Vignal (géographe, maîtresse de conférences à l'université Rennes 2, spécialiste de la Syrie et du Moyen-Orient, coordinatrice du Pôle Europe, Think-Tank Terra Nova).

En savoir plus

Première partie : Retour de Kaliningrad

Kaliningrad
Kaliningrad
© AFP - PATRICK HERTZOG

Kaliningrad, région d’à peine 500 000 habitants, coincée entre la Baltique, la Pologne et la Lituanie, est une exclave russe. Malgré cette proximité avec l’Europe, la population y reste très proche du Kremlin et nostalgique de la grandeur soviétique dont elle est un résidu : elle a été concédée à l’URSS en 1945 en compensation des pertes de la Seconde Guerre mondiale. Le début de la guerre en Ukraine a exacerbé ce nationalisme, ou plongé dans la consternation ceux qui profitaient de la présence de l’Europe à leurs portes

Avec Vladimir Vasak, journaliste à Arte Reportage.

Publicité

"Les médias russes placent la population de Kaliningrad dans une mentalité de territoire assiégé que la Russie doit défendre. Dans la stratégie de mobilisation des esprits, il s’agit de créer une tension artificielle pour faire peur à la population en faisant croire que des pays comme l’Allemagne ou la Pologne ambitionneraient de récupérer ce territoire" observe Vladimir Vasak.

Le documentaire "Russie : Kaliningrad, l'enclave de Poutine" est à retrouver sur le site Arte.tv.

Table ronde d'actualité internationale

Florian Delorme reçoit Manon-Nour Tannous, maîtresse de conférences en science politique à l'Université de Reims Champagne Ardenne, chercheuse à la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe (Collège de France) et Leïla Vignal, géographe, spécialiste de la Syrie et professeur des Universités à l’ENS.

"Aujourd'hui, les réfugiés syriens pèsent sur une partie de la population turque. Dans une perspective électorale, Erdogan a fait la promesse de renvoyer un million de Syriens, d’ou la nécessité dans son schéma d’établir une zone de sécurité dans le nord de la Syrie pour que ces réfugiés puissent passer la frontière" explique Manon-Nour Tannous.

"Le contrôle de la frontière avec la Syrie reflète une obsession du gouvernement turc par rapport à la question kurde. On peut d’ailleurs comprendre la politique menée par Ankara de retour volontaire des syriens dans la zone tampon contrôlée par la Turquie comme une façon de diluer la population kurde, majoritaire dans ces territoires frontaliers du nord de la Syrie" analyse Leïla Vignal.

Pour aller plus loin :

- TANNOUS Manon-Nour, La Syrie au-delà de la guerre, éditions Cavalier Bleu, 2022.

- VIGNAL Leïla, War-Torn, The Unmaking of Syria, 2011–2021, éd. Hurst publishers et Oxford University Press, 2021.

Le dessin de la semaine

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation
Clément Perrier
Collaboration