Le candidat CDU Armin Laschet au Berliner Tempodrom à Berlin le 21 août 2021, pendant la campagne du CDU/CSU pour les élections prévues le 26 septembre 2021.
Le candidat CDU Armin Laschet au Berliner Tempodrom à Berlin le 21 août 2021, pendant la campagne du CDU/CSU pour les élections prévues le 26 septembre 2021. ©AFP - John MACDOUGALL
Le candidat CDU Armin Laschet au Berliner Tempodrom à Berlin le 21 août 2021, pendant la campagne du CDU/CSU pour les élections prévues le 26 septembre 2021. ©AFP - John MACDOUGALL
Le candidat CDU Armin Laschet au Berliner Tempodrom à Berlin le 21 août 2021, pendant la campagne du CDU/CSU pour les élections prévues le 26 septembre 2021. ©AFP - John MACDOUGALL
Publicité

Entre la candidature du chrétien-démocrate Armin Laschet, celle du ministre des Finances Olaf Scholz (SPD) et celle de la représentante des Verts Annalena Baerbock, l'avenir du paysage politique post-Merkel est toujours incertain.

Avec

Le 26 septembre, les Allemands se rendront aux urnes. Et pour la première fois depuis seize ans, ils ne pourront pas porter Angela Merkel au pouvoir. 

Le retrait de la Chancelière ouvre le jeu politique. Au sein de son propre camp, les Chrétiens-démocrates de la CDU-CSU, le chef de file et candidat à la chancellerie – Armin Laschet – est en difficulté dans les sondages. Des perspectives plus optimistes s’ouvrent donc pour les socio-démocrates du SPD d’Olaf Scholz : le ministre des Finances et vice-chancelier est désormais en tête dans les sondages, regroupant près de 25% des intentions de vote. Enfin, les Verts sont en embuscade, malgré le léger recul qui a suivi leur succès au printemps dernier. 

Publicité

Quel pourrait être le paysage politique allemand au lendemain des élections du 26 septembre ? A quoi ressemblera le gouvernement fédéral à l’issue du scrutin et de la formation des alliances ? Comment la politique allemande va-t-elle se reconfigurer après le départ d’Angela Merkel ? Et quel bilan général dresser de son action ?

Florian Delorme reçoit Hélène Miard-Delacroix, professeure d'histoire et de civilisation de l'Allemagne contemporaine à Sorbonne Université et Marion Van Renterghem, grand reporter. 

Les deux adversaires d’Olaf Scholz ont fait des erreurs (…). Scholz est donc apparu aux électeurs comme tout à fait fréquentable : il a la fois l’expérience du sortant, celle du ministre fédéral des Finances et cette capacité de travailler avec Merkel et de se présenter comme son éventuel successeur. Hélène Miard-Delacroix

Par sa manière extrêmement centriste, merkelienne et personnelle de gouverner, Angela Merkel a complètement démoli de l’intérieur la CDU et a fait perdre ses repères à ce parti conservateur. Laschet, au-delà de la faiblesse de sa personnalité, a l’excuse d’être à la tête d’un parti qui ne sait plus trop où il habite. Marion Van Renterghem

Seconde partie : le focus du jour 

Christian Lindner, tête du parti libéral allemand FDP, assiste à une session au Bundestag à Berlin le 7 septembre 2021.
Christian Lindner, tête du parti libéral allemand FDP, assiste à une session au Bundestag à Berlin le 7 septembre 2021.
© AFP - John MACDOUGALL

Écarté du gouvernement en 2013, ayant refusé de faire partie de la coalition menée par la CDU-CSU en 2017, le parti libéral FDP a au fil du temps chuté dans les sondages et perdu de l’importance. Pourtant, en mars dernier, lors des élections pour le Parlement régional en Rhénanie-Palatinat et au Bade Wurtemberg, le parti est revenu en force, alors que la CDU dégringolait. L’Allemagne était alors au cœur de la troisième vague de coronavirus. 

Comment le parti et son leader, Christian Lindner, ont-ils su jouer du statut de parti d’opposition pour se faire une place sur la scène politique ? 

Le FDP a toujours dit que le ministère par excellence est celui des Finances, et qu’il ne participerait pas à une coalition s’il ne l’obtenait pas (…). Le ministère de l’enseignement et de la recherche les intéresse aussi, car ils sont pour la numérisation de l’économie et de la société allemande. Uwe Jun 

Avec Uwe Jun, chercheur en sciences politiques de l’Université de Trèves. 

Références sonores

  • Extrait du discours d’Angela Merkel au Bundestag le 07 septembre dernier durant lequel elle apporte son plein soutien à Armin Laschet (Le Figaro, 07 septembre 2021)
  • Olaf Scholz anticipe sa future prise de pouvoir à la chancellerie (Euronews, 14 août 2021)
  • Extrait d’un discours de campagne d’Annalena Baerbock en mai dernier (Euronews, 07 mai 2021)
  • Tino Chrupalla, leader et candidat de l’AfD, invoque la peur dans ses discours de campagne (Euronews, 11 août 2021)
  • Extrait de la prestation de serment d’Angela Merkel au lendemain de son élection à la chancellerie le 22 novembre 2005 (CDU Tv, 22 novembre 2005)
  • Christian Lindner, candidat du FDP aux élections législatives, estime que la CDU ne veut pas abolir les restrictions des libertés qui ont cours actuellement (Die Welt, 11 août 2021)

Références musicales 

  • « Heisse Kippe » du groupe allemand The Düsseldorf Düsterboys
  • « Neo » de Christian Löffler (Label : Ki records)

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Léa Capuano
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation