Arbres brûlés près du village de Magaras en République de Sakha, en Sibérie, le 27 juillet 2021. ©AFP - Dimitar DILKOFF
Arbres brûlés près du village de Magaras en République de Sakha, en Sibérie, le 27 juillet 2021. ©AFP - Dimitar DILKOFF
Arbres brûlés près du village de Magaras en République de Sakha, en Sibérie, le 27 juillet 2021. ©AFP - Dimitar DILKOFF
Publicité
Résumé

L’ampleur des feux de forêt qui ont ravagé la Sibérie cet été a poussé Vladimir Poutine à vouloir « agir rapidement et efficacement » face aux problèmes écologiques.

avec :

Annie Chaloux (Professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et experte des politiques climatiques), Marie-Hélène Mandrillon (Historienne de l’environnement spécialiste de la Russie au CERCEC (Centre d’études des Mondes Russe, Caucasien & Centre-Européen)), Florian Vidal (Chercheur au Centre Russie/NEI à l’Ifri, spécialiste de l’écologie politique et des dynamiques régionales en Arctique).

En savoir plus

Lors d’une réunion retransmise à la télévision le 14 août dernier, le président russe Vladimir Poutine a non seulement détaillé l’ampleur inédite des évènements climatiques qui ravageaient le pays, mais a aussi appelé le gouvernement à « agir rapidement et efficacement » face aux problèmes écologiques. Des déclarations qui ont surpris de la part d’un dirigeant pour qui le réchauffement climatique a longtemps représenté une opportunité économique et stratégique. En effet, entre l’extension des zones agricoles, l’exploitation facilitée des ressources de l’Arctique ou encore les nouvelles voies de navigation, le réchauffement n’a pas toujours été vu d’un mauvais œil depuis Moscou, surtout si l'on considère, comme Poutine, que les activités humaines n’en sont pas responsables. 

L’ampleur des feux de forêt qui ont ravagé la Sibérie cet été pourrait-elle changer la donne ? Le pouvoir russe aura-t-il les moyens de faire face à ces catastrophes naturelles et à leurs conséquences ? Quelles mobilisations au niveau local pour alerter mais aussi commencer à s’adapter à la nouvelle donne climatique ? Signataire de l’accord de Paris mais ayant fait de l’exploitation des hydrocarbures l’un des piliers de sa politique économique et stratégique, la Russie pourrait-elle renoncer à ses ambitions ?  

Publicité

Au niveau politique, il y a des micro-partis écologistes qui n’ont pas de levier véritable. Mais il y a des alliances entre scientifiques, élus locaux et industriels pour essayer d’améliorer les conditions d’existence des communautés arctiques. Florian Vidal

Il y a une vraie contradiction : on ne peut pas à la fois militariser et industrialiser l’Arctique et la préserver. Or, les premières victimes du réchauffement climatique en Arctique sont les peuples autochtones, qui sont très représentés au Conseil de l’Arctique. Marie-Hélène Mandrillon

Florian Delorme reçoit Marie-Hélène Mandrillon, historienne de l’environnement spécialiste de la Russie au CERCEC (Centre d’études des Mondes Russe, Caucasien & Centre-Européen) et Florian Vidal, chercheur au Centre Russie/NEI à l’Ifri et spécialiste de l’écologie politique et des dynamiques régionales en Arctique. 

Seconde partie : le focus du jour 

Le Canada face au réchauffement climatique

Carcasses de voitures après les incendies ayant eu lieu à Lytton en Colombie britannique, le 1er septembre 2021.
Carcasses de voitures après les incendies ayant eu lieu à Lytton en Colombie britannique, le 1er septembre 2021.
© AFP - COLE BURSTON

Le Premier Ministre Justin Trudeau, tout juste reconduit pour un nouveau mandat ce lundi 20 septembre alors que les Canadiens étaient appelés à renouveler la Chambre des Communes, avait annoncé mi-juillet une aide de 50 millions de dollars pour améliorer la lutte contre les incendies. Au-delà de ces annonces, quel est vraiment le bilan des libéraux en matière de lutte contre le réchauffement et d’adaptation aux phénomènes extrêmes ? Comment l’opinion publique se saisit-elle du sujet après les évènements de cet été ?  

Etrangement, la question climatique est demeurée en retrait de la campagne électorale fédérale alors que les sondages montraient que c’était la préoccupation première des Canadiens. (…) Certains partis proposaient même de revenir en arrière. Annie Chaloux

Avec Annie Chaloux, professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et experte des politiques climatiques. 

Références sonores

  • Témoignage d’Ivan Nikiforov, bénévole dans la lutte contre les feux de forêt qui ravagent son territoire dans la République de Sakha (Euronews, 28 juillet 2021)
  • Témoignage d’Ivan Fiodorov, pompier volontaire du village de Bias-Kiouïol en Sibérie (TV5 Monde, 05 août 2021)
  • Extrait d’une conférence de presse de Vladimir Poutine dans laquelle il affirme qu’il va désormais falloir composer avec un agenda climatique et environnemental (Le Figaro, 16 août 2021)
  • Réaction de Vladimir Poutine suite à la pollution au fuel de la rivière Ambarnaïa qui borde la ville de Norlsik dans l’Arctique (Euronews, 05 juin 2020) + Explications d’Alexander Lobach, officier chargé du nettoyage de la rivière, quant à la difficulté de dépolluer celle-ci (RTBF, 04 juin 2020)
  • Extrait de la déclaration de Sergueï Lavrov lors du dernier Conseil de l’Arctique en mai dernier dans laquelle il évoquait notamment la protection de l’environnement (RT, 20 mai 2021)
  • Témoignages d’habitants de Lytton rescapés de l’incendie qui a ravagé leur commune en juillet dernier (France 2, 1er juillet 2021 + TV5 Monde, 02 juillet 2021) 
  • Interview d’Annie Chaloux par Mélanie Chalandon (durée : 8’22)

Références musicales 

  • « Turquoise » de M. A. Beat ! (Label : Black Milk Music)
  • « The Flame That Burns » d’Isobel Campbell et Mark Lanegan (Label : V2)
Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation