Une femme marche devant une affiche annonçant les élections de la Douma d’Etat, chambre basse de l'Assemblée fédérale russe, à Moscou, le 14 septembre 2021. ©AFP - Yuri KADOBNOV
Une femme marche devant une affiche annonçant les élections de la Douma d’Etat, chambre basse de l'Assemblée fédérale russe, à Moscou, le 14 septembre 2021. ©AFP - Yuri KADOBNOV
Une femme marche devant une affiche annonçant les élections de la Douma d’Etat, chambre basse de l'Assemblée fédérale russe, à Moscou, le 14 septembre 2021. ©AFP - Yuri KADOBNOV
Publicité
Résumé

Après un premier arrêt au Liban, où sévit la pire crise financière de l'histoire du pays, direction la Russie, où la réélection probable de Vladimir Poutine se profile sur fond de jeu démocratique faussé.

avec :

Laurent Perpigna Iban (Journaliste indépendant), Françoise Daucé (Directrice de recherche à l’EHESS, directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)), Tatiana Kastouéva-Jean (Directrice du Centre Russie/Nouveaux états indépendants de l'Ifri).

En savoir plus

Première partie - Retour du Liban 

Au début de la semaine, le premier ministre Najib Mikati annonçait la formation d’un gouvernement après treize mois de vide. Sa mission est de mettre en place des réformes capables de débloquer des fonds internationaux, et notamment du FMI, qui permettraient de sortir de l’effondrement économique que connaît le pays depuis plusieurs années, et qui s’est grandement accentué depuis le 4 août dernier, lors de la double explosion du hangar de nitrate qui a ravagé la ville. Aujourd’hui, les trois quarts de la population vivent dans la pauvreté, les pénuries touchent toutes les denrées de la vie quotidienne et le pays s’enfonce dans l’une des pires crises financières de l’histoire. 

« Tripoli deuxième ville du pays est considérée comme la plus pauvre du Liban. Le désespoir et le sentiment d’abandon sont partout » Laurent Perpigna Iban, 2021
« Tripoli deuxième ville du pays est considérée comme la plus pauvre du Liban. Le désespoir et le sentiment d’abandon sont partout » Laurent Perpigna Iban, 2021
- Laurent Perpigna Iban

Avec Laurent Perpigna Iban, journaliste indépendant. 

Publicité

Les Libanais sont plus résilients que n’importe qui : après l’explosion du 4 août dernier, c’est la société civile qui a relevé pays et la ville, il y avait 300 000 sans-abris et l’État n’a pas ouvert un gymnase ! Mais ils ne veulent plus en entendre parler, car cela renvoie à un statu quo, une fatalité dont ils se jugent coupables eux-mêmes en ayant été trop résilients. Laurent Perpigna Iban

Pour en (sa)voir plus : BALLAST • Liban : face au désastre [portfolio] (revue-ballast.fr)

Seconde partie - Table ronde d'actualité internationale 

Ce week-end, les Russes sont appelés aux urnes pour des élections législatives et locales. Il s’agit du dernier grand rendez-vous électoral d'ici la présidentielle de 2024, où Vladimir Poutine pourra désormais se présenter grâce à une habile réforme Constitutionnelle adoptée en 2020. 

Il y aura peu de surprises concernant le résultat du vote, tant tout a été mis en place pour que le parti du président – Russie Unie – l’emporte malgré une popularité historiquement faible. 

Quels sont les enjeux de ce scrutin dont le résultat est connu d’avance ? Comment Vladimir Poutine est-il parvenu à verrouiller le paysage politique ? Les Russes pourraient-ils finir par rejeter celui qui est à la tête du pays plus de vingt ans, et dont la popularité n’a jamais été aussi faible ?

Florian Delorme s'entretient avec Tatiana Kastouéva-Jean, directrice du Centre Russie/NEI depuis 2014 et Françoise Daucé, directrice de recherche à l’EHESS, directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC). 

Aujourd’hui, 9 millions de personnes ne peuvent pas se faire élire et postuler en tant que candidat pour les élections : les personnes avec la double nationalité, celles ayant des actifs financiers à l’étranger et celles qui ont des condamnations administratives ou pénales - c'est-à-dire qui sont liées, même de manière ténue, avec la structure d’Alexeï Navalny ( reposts sur les réseaux sociaux, dons …). Tatiana Kastouéva-Jean

Actuellement on voit en Russie un accroissement des tensions, entre d’un côté cette stagnation autoritaire à la tête de l’État et de l’autre une société qui continue à évoluer, bouger, se transformer (…). C’est aussi pour cela que les autorités actuelles accordent tant d’importance au contrôle des élections, car ils ne sont pas sûrs de la loyauté de la population. Françoise Daucé

Le dessin de la semaine 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références sonores

  • À la veille des élections législatives, Vladimir Poutine appelle les électeurs russes aux urnes + témoignages de deux Russes contre et pour le pouvoir en place (France 24, 16 septembre 2021 + Euronews, 13 septembre 2021).

Références musicales

  • « Ya Jarha » du groupe libanais Soapkills (Label : Cramend Disc)
  • « Вещи » du groupe russe Космос на потолке (Label : autoproduit)
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Léa Capuano
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation