La chef du Sinn Féin en Irlande du Nord célébrant la victoire électorale avec les membres de son parti le 6 mai 2022
La chef du Sinn Féin en Irlande du Nord célébrant la victoire électorale avec les membres de son parti le 6 mai 2022
La chef du Sinn Féin en Irlande du Nord célébrant la victoire électorale avec les membres de son parti le 6 mai 2022 ©AFP - PAUL FAITH
La chef du Sinn Féin en Irlande du Nord célébrant la victoire électorale avec les membres de son parti le 6 mai 2022 ©AFP - PAUL FAITH
La chef du Sinn Féin en Irlande du Nord célébrant la victoire électorale avec les membres de son parti le 6 mai 2022 ©AFP - PAUL FAITH
Publicité
Résumé

Le 5 mai 2022, pour la première fois depuis la partition de l'Irlande, le Sinn Féin est arrivé en tête des élections en Irlande du Nord. L'aboutissement d'une campagne dynamique qui n'a pourtant pas tant porté sur la réunification irlandaise.

avec :

Agnès Maillot (Professeure à l’Université de Dublin (Dublin City University)), Mathieu Petithomme (politologue, maitre de conférence en science politique à l’université de Franche Comté, spécialiste de l’Espagne.).

En savoir plus

Pour la première fois depuis la partition de l’Irlande en 1921, le Sinn Féin est arrivé en tête, dimanche 8 mai, des élections en Irlande du Nord.

Cette victoire est l’aboutissement d’une campagne dynamique qui n’a pas tant porté sur la réunification irlandaise que sur le pouvoir d’achat et les questions sociales. Une dynamique qui rappelle celle qui avait conduit le parti aux portes du pouvoir cette fois en République d’Irlande, en 2020, au terme d’un marathon électoral concentré sur la crise du logement et du secteur de la santé. Au Nord comme au Sud de l’île, le parti semble ainsi renvoyer au second plan la cause de la réunification pour lui préférer l’autre aspect de son ADN, à savoir son engagement à gauche. Un changement incarné par une nouvelle génération de dirigeante, Mary Lou McDonald à Dublin et Michelle O’Neill à Belfast incarnant un Sinn Féin moderne, assument largement l’héritage du passé, mais sans être directement lié à l’époque de la guerre civile.

Publicité

A quel point le Sinn Féin a-t-il atténué ses revendications de réunification pour obtenir des victoires politiques ? Dans quelle mesure lutte sociale et nationalisme sont-ils liés en Irlande ? Comment les unionistes du DUP s’adaptent-ils à ce nouveau positionnement de leurs rivaux ?

Florian Delorme reçoit Agnès Maillot, professeure à l’université de Dublin et Magali Dexpert, enseignante chercheuse à l’Université Grenoble Alpes.

Le focus du jour

Les reconfigurations partisanes de l’indépendantisme catalan

Discours de Pere Aragones devant un écran montrant le dirigeant emprisonné de l'Esquerra Republicana de Catalunya, Oriol Junqueras le 28 janvier 2021
Discours de Pere Aragones devant un écran montrant le dirigeant emprisonné de l'Esquerra Republicana de Catalunya, Oriol Junqueras le 28 janvier 2021
© AFP - LLUIS GENE

Près de quatre ans après la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne de 2017, les partis indépendantistes ont à nouveau obtenu la majorité absolue, l’année dernière aux élections régionales. Mais parmi eux, c’est la Gauche Républicaine de Catalogne (ERC), modérée, qui a devancé Junts, le parti de droite séparatiste de Carles Puigdemont. C’est donc son leader, Pere Aragones, qui se trouve depuis un an à la tête de la Généralité, dirigeant une coalition âprement négociée avec le parti rival. Une nouvelle configuration qui illustre les bouleversements du paysage indépendantiste.

Avec Mathieu Petithomme, maître de conférences HDR en science politique à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation
Clément Perrier
Collaboration