Une carcasse de camion gisant derrière la bannière de Dash peinte sur un tableau dans le village de Dibsi Afnan le 11 juin 2017
Une carcasse de camion gisant derrière la bannière de Dash peinte sur un tableau dans le village de Dibsi Afnan le 11 juin 2017
Une carcasse de camion gisant derrière la bannière de Dash peinte sur un tableau dans le village de Dibsi Afnan le 11 juin 2017 ©AFP - George Ourfalian
Une carcasse de camion gisant derrière la bannière de Dash peinte sur un tableau dans le village de Dibsi Afnan le 11 juin 2017 ©AFP - George Ourfalian
Une carcasse de camion gisant derrière la bannière de Dash peinte sur un tableau dans le village de Dibsi Afnan le 11 juin 2017 ©AFP - George Ourfalian
Publicité
Résumé

Après une première étape en Afghanistan où la prise du pouvoir par les talibans et la suspension des aides internationales ont provoqué une crise humanitaire sans précédent, direction l'Irak et la Syrie où plane la menace d'une nouvelle montée en puissance de Daesh.

avec :

Rachida El Azzouzi (journaliste à Mediapart), Abdelasiem El Difraoui (politologue, spécialiste du monde arabe, du djihadisme et de sa propagande, auteur de « Le djihadisme », ed. PUF/Que sais-je et de « Al- Qaida par l'image », ed. PUF.), Adel Bakawan (directeur du département recherche de l'Institut de Recherche et d'Études Méditerranée Moyen-Orient (iReMMO), directeur du Centre de Sociologie de l'Irak (CSI/ Université de Soran)).

En savoir plus

Première partie : Retour d'Afghanistan

Du personnel de Médecins sans Frontières inspecte les signes de malnutrition infantile dans un camp pour déplacés situé dans la périphérie d'Hérat
Du personnel de Médecins sans Frontières inspecte les signes de malnutrition infantile dans un camp pour déplacés situé dans la périphérie d'Hérat
© AFP - Hector Retamal

Le 15 février 2022, cela fera six mois que les talibans, en prenant Kaboul, se sont emparés du pays, vingt ans après avoir été chassés du pouvoir par l’armée américaine. Six mois qu’ils sont en quête de reconnaissance internationale, alors que le pays s’enfonce dans la pauvreté et que la famine pourrait toucher rapidement 55% de la population. Et, sans reconnaissance internationale, les fonds humanitaires ne peuvent être débloqués, laissant les ONG sur place démunies pour aider la population. En plein cœur de l’hiver, Rachida El Azzouzi a sillonné, avec Mortaza Bebhoudi, un pays détruit par l’extrême pauvreté et par des décennies de guerre.

A Kandahar, un médecin m’explique que huit à dix enfants meurent chaque jour dans son hôpital. Plus de 300 nouveaux jeunes patients arrivent quotidiennement, et les soignants n’ont pas les moyens de les soigner ou même de les nourrir. Rachida El Azzouzi

Publicité

Avec Rachida El Azzouzi, journaliste à Mediapart.

Table ronde d'actualité internationale

Alors que la diplomatie occidentale n’a d'yeux que pour l’Ukraine et les craintes d’une invasion russe ; nous allons nous pencher sur un autre phénomène qui prend de l’ampleur et qui pourrait bientôt occuper les chancelleries à nouveau : la résurgence de Daech.

En effet, l’attaque menée en janvier 2022 par des djihadistes de la prison de d’Hassaké, située en Syrie, destinée à en libérer les quelques cinq mille djihadistes enfermés vient rappeler que la menace djihadiste est toujours une réalité et que le projet de reconstituer des troupes est plus que jamais d’actualité.

Quelle menace représente Daech aujourd’hui ?

Malgré l’annonce de la mort de son numéro 1 tué lors d’une attaque américaine début février, comment se prépare le retour en force de l’EI ? Comment l’organisation profite-t-elle de l’instabilité politique, de la Syrie à l’Irak, pour proliférer ? Comment répondre à la menace ?

Depuis plusieurs années, Daech, libéré de son califat, est beaucoup plus hybride, actif, opérationnel avec beaucoup plus de moyens et se déploie sur la totalité du territoire syrien et irakien. Abel Bakawan

Les problèmes qui constituaient le terreau de Daesh ne sont pas résolus aujourd'hui. En Irak, les sunnites ne sont pas réellement intégrés dans le processus politique, et en Syrie la guerre civile continue. Asiem el Difraoui

Florian Delorme reçoit Adel Bakawan, directeur du Centre Français de Recherche sur l'Irak (CFRI), membre de l'Institut de Recherche et d'Etudes Méditerranée Moyen-Orient (Iremmo), chercheur associé à l'Institut Français des Relations Internationales (IFRI) et Asiem el Difraoui, politologue et chercheur à la Candid Foundation.

Le dessin du jour

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références sonores

-Témoignages de deux habitants d'Hassaké évoquant la violence des affrontements entre Daesh et les soldats kurdes lors de l'attaque contre la prison de Ghwayran. (I24 + Tv5 Monde, 24 janvier et 27 janvier 2022)

Références musicales

-« To Khobi o Ma Bad » du groupe Ali ATH

-« Kobane » de Nishtiman Project (Label : Accords croisés)

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation