Tir de missile Nord coréen ©Maxppp - North Korean Official News Service (KCNA
Tir de missile Nord coréen ©Maxppp - North Korean Official News Service (KCNA
Tir de missile Nord coréen ©Maxppp - North Korean Official News Service (KCNA
Publicité
Résumé

"Discuter n'est pas la solution" a déclaré Donald Trump hier, en réponse au tir de missile de la Corée du Nord. L'attitude du Président des Etats-Unis est-elle comparable à celle de Richard Nixon en pleine guerre du Vietnam ? De Pyongyang à Moscou, une analyse de la politique étrangère de Trump.

avec :

Tatiana Kastouéva-Jean (Directrice du Centre Russie/Nouveaux états indépendants de l'Ifri), Laurence Nardon (Responsable du programme Amérique du Nord de l’Ifri, productrice du podcast hebdomadaire "New Deal" sur Slate), André Kaspi (Historien).

En savoir plus

Il y a tout juste deux jours, la Corée du nord procédait à un nouveau tir de missile balistique, vers le nord-est, en direction du Japon. Refusant de se laisser intimider par les sanctions internationales et les menaces du président américain, le régime de Pyongyang s’obstine à faire étalage de sa force nucléaire.

Pourtant, Donald Trump semblait prêt à tout pour faire reculer le leader nord-coréen. Le président américain a multiplié les pressions et les avertissements durant l’été, renchérissant sur les provocations. Au point que l’on a pu redouter l’éclatement d’un conflit majeur. Au point que nombre d’observateurs se sont demandés si Donald Trump devenait fou, ou s’il cherchait à se faire passer comme tel.

Publicité

Conçue par Nixon et son conseiller Henry Kissinger en pleine guerre du Vietnam, « la théorie du fou » visait à se rendre imprévisible, irrationnel et volatil afin de contraindre l’adversaire à négocier.

Elle pourrait parfaitement convenir au nouveau président américain, lui qui érige l’effet de surprise en art et la rupture en doctrine.

Pourtant, face au retour des vieux conflits dans l’ordre mondial, alors que la Corée du Nord, la Russie et l’Afghanistan mobilisent le département d’Etat, l’idée d’une politique étrangère disruptive, telle que l’avait promise le candidat Trump, peine à s’imposer.

Alors la politique étrangère américaine piétine-t-elle embourbée dans des conflits historiques ? Trump peut-il proposer de nouvelles solutions à des situations déjà anciennes ? Existe-t-il une doctrine Trump consciente et réfléchie ou faut-il le croire impulsif voire irrationnel ? Et au-delà du président, quelles sont les personnalités chargées de l’accompagner dans son élaboration ?

Une émission préparée par Marguerite Catton.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration