Un officier de police attend un cortège à Mexico, le 19 octobre 2018.
Un officier de police attend un cortège à Mexico, le 19 octobre 2018.
Un officier de police attend un cortège à Mexico, le 19 octobre 2018. ©AFP - Brendan Smialowski
Un officier de police attend un cortège à Mexico, le 19 octobre 2018. ©AFP - Brendan Smialowski
Un officier de police attend un cortège à Mexico, le 19 octobre 2018. ©AFP - Brendan Smialowski
Publicité
Résumé

Trafics, corruption, exactions, impunité... Au Mexique, la corruption n’épargne pas la police. Et le politique à lui aussi des difficultés à reprendre la main les policiers au point de se tourner vers les militaires pour assurer la sécurité. Alors comment mettre un terme aux dérives policières ?

avec :

Nestor Ponce (écrivain argentin, professeur de littérature et la civilisation hispano-américaine à l’Université de Rennes), Luciana Araujo de Paula (doctorante en science politique à l’Institut des hautes études de l'Amérique latine (IHEAL) à l’Université Sorbonne nouvelle- Paris 3.), Romain Le Cour Grandmaison (Docteur en sciences politiques de l’Université Panthéon-Sorbonne et directeur du programme Mexique et Amérique centrale de Noria).

En savoir plus

Il y a quelques jours, les autorités mexicaines ont présenté les chiffres d’homicides. L’année 2018 a été marquée par un record historique : 33.341 meurtres. Autrement dit, presque 5.000 morts de plus que l’année précédente, constituant le bilan le plus élevé depuis les premières statistiques enregistrées il y a plus de 20 ans.

Les policiers participent au cycle de violence

Si les policiers ne sont pas seuls responsables d’une situation de violence généralisée depuis de longues années au Mexique, il n’en demeure pas moins qu’ils participent assez largement au cycle de violence et que le politique semble bien incapable de l’enrayer.

Publicité

"Il y a, au Mexique, une surestime de la violence. Elle vient, d'une part, de l’État mexicain et des groupes criminels qui sont variés et entendus géographiquement, d'autre part." Romain Le Cour Grandmaison

Andres Manuel Lopez Obrador, le président nouvellement élu – un progressiste, figure historique de la gauche mexicaine - promet à son tour une vaste réforme de l’institution policière mais ses chances semblent fragiles.

Que pourra-t-il faire de plus que ses prédécesseurs ? Comment mettre un terme aux réseaux complices qui gangrènent l’institution policière ? Et comment ne pas sombrer dans une militarisation dangereuse du pays ? 

Une émission préparée par Marguerite Catton et Mélanie Chalandon.

Pour aller plus loin : 

Lectures:

- Série policière Héctor Belascoarán Shayne de Paco Ignacio Taibo II (fondateur du néo-polar mexicain)

- El cielo con las manos de Mempo Giardinelli (fondateur de l'« ArgenMex »)

- Tijuana dream de Juan Hernandez Luna

- Peintures de guerre d'Angel de la Calle

- 2066 de Roberto Bolaño 

Extraits musicaux :

- « Edificios con cajón » de Jiony (label : autoproduit)

- « En Juárez » de Diana Gameros (label : autoproduit)

Extraits sonores : 

- Extrait du discours d’investiture d’Andrés Manuel López Obrador (HuffPost Mexico, 1er décembre 2018)

- Monte Alejandro Rubido Garcia, Commissaire à la sécurité nationale (AFP, 12 juillet 2017) 

- Témoignage d’un photo-reporter du journal O Dia (France 24, extrait du reportage de Fanny Lothaire, Valeria Saccone, Caroline Ldeuc et Anaël Dang, diffusé le 5 octobre 2018)

- Paco Ignacio Taibo II (Extrait d’un entretien mené par Maëtte Chantrel lors du festival Etonnants Voyageurs en 1992)

En savoir plus : Mexique : la guerre des gauches aura-t-elle lieu ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation