Le président russe Vladimir Poutine donne sa conférence de presse annuelle par vidéo à la résidence d'État Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 17 décembre 2020.
Le président russe Vladimir Poutine donne sa conférence de presse annuelle par vidéo à la résidence d'État Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 17 décembre 2020. ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK
Le président russe Vladimir Poutine donne sa conférence de presse annuelle par vidéo à la résidence d'État Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 17 décembre 2020. ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK
Le président russe Vladimir Poutine donne sa conférence de presse annuelle par vidéo à la résidence d'État Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 17 décembre 2020. ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK
Publicité

Retour de Centrafrique, pays déchiré par la guerre civile. Si la situation s'y est stabilisée, la tenue d'élections, fin décembre, semble avoir ravivé le conflit. Puis une discussion autour de ce que l'année 2021 réserve à Vladimir Poutine, tant en politique extérieure qu'en dossiers domestiques.

Avec

Première partie - retour de Centrafrique

Le 27 décembre 2020 se tenaient en Centrafrique des élections qui ont porté Faustin Archange Touadéra au pouvoir pour un nouveau mandat, alors que la CPC - coalition des patriotes pour le changement, une alliance de groupes autrefois ennemis - s’est reformée pour empêcher la tenue de ces élections. Depuis le 4 janvier et l’annonce du résultat, les violences y sont de plus en plus importantes, notamment avec les attaques de mercredi 13 janvier aux portes de Bangui, la capitale, contre la Minusca, force de l’ONU présente sur le territoire depuis 2014. 

Pourtant, un accord de paix a été signé entre le gouvernement centrafricain et une partie des groupes rebelles qui contrôlent le territoire, en décembre 2019. Si la situation était un peu stabilisée, la tenue des élections semble avoir ravivé le conflit. 

Publicité

Avec Florence Morice, journaliste au service Afrique de RFI. Retrouvez ci-dessous ses dernières parutions sur le sujet. 

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210106-centrafrique-dix-candidats-demandent-l-annulation-de-la-pr%C3%A9sidentielle

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210104-centrafrique-le-parti-de-boziz%C3%A9-d%C3%A9nonce-l-assassinat-d-un-de-ses-cadres

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210103-%C3%A9lections-en-centrafrique-l-opposition-conteste-la-m%C3%A9thode-de-compilation-des-r%C3%A9sultats

Une partisane du président sortant de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadera, portant un T-shirt avec sa silhouette, rentre chez elle après l'annulation de sa visite à Bangui, le 5 janvier 2021.
Une partisane du président sortant de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadera, portant un T-shirt avec sa silhouette, rentre chez elle après l'annulation de sa visite à Bangui, le 5 janvier 2021.
© AFP - FLORENT VERGNES

Seconde partie - table ronde d'actualité internationale

De Navalny à Biden : Poutine au défi 

L’année 2021 sera pleine de défis pour la Russie de Vladimir Poutine - d’abord sur le front intérieur, avec le retour planifié de l’opposant Alexei Navalny, empoisonné en aout dernier et toujours hospitalisé en Allemagne. Alors qu’il n’est même pas encore de retour chez lui, il est parvenu à provoquer un séisme le mois dernier en piégeant un membre du commando chargé de son empoisonnement, qui lui a révélé au téléphone les détails de l’opération, pensant s’adresser à un responsable hiérarchique...

La blague n’a pas fait rire le chef du Kremlin, et met à l’épreuve des services de renseignements décisifs dans les rouages du pouvoir russe - ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour l'entourage de Poutine, d’autant plus que des élections législatives sont prévues en septembre 2021.

Sur le front extérieur, les dossiers sont également nombreux : au Haut-Karabagh où, après avoir arrêté la guerre, il va falloir construire la paix, mais surtout aux Etats-Unis, où l’arrivée de Joe Biden pourrait ouvrir une nouvelle ère dans les relations russo-américaines.

Vladimir Poutine parviendra-t-il à gérer tous ces défis en même temps, et en particulier dans un contexte de pandémie et de crise économique profonde ? Pourrions-nous assister au déclin progressif d’un système à bout de souffle ?

Avec Clémentine Fauconnier, maîtresse de conférences en science politique à l’université de Haute-Alsace, Tatiana Kastouéva-Jean, chercheuse et directrice du centre Russie / Nouveaux Etats Indépendants de l’Ifri.

Une émission préparée par Bertille Bourdon et Antoine Dhulster.

Références sonores

  • Extrait de la déclaration de Vladimir Poutine à l’occasion du sommet tripartite réunissant la Russie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui s’est tenu lundi 11 janvier (RT, 11 janvier 2021)
  • Extrait du message d’Alexeï Navalny, annonçant son retour en Russie (Le Figaro, 13 janvier 2021)

Références musicales

  • « MBI NZE » de Laetitia Zonzambé (label : CD baby)
  • « Новый баланс » (« Nouvel équilibre ») de la chanteuse pétersbourgeoise Vihreja (autoproduit)

L'équipe