Si l’est et l’ouest de l’union européenne arrivent à s’entendre, si le groupe de Visegrad et plus généralement les pays d’Europe centrale et orientale poursuivent le mouvement d’intégration, l’espace européen aura peut-être trouvé une forme durable.
Si l’est et l’ouest de l’union européenne arrivent à s’entendre, si le groupe de Visegrad et plus généralement les pays d’Europe centrale et orientale poursuivent le mouvement d’intégration, l’espace européen aura peut-être trouvé une forme durable.
 Si l’est et l’ouest de l’union européenne arrivent à s’entendre, si le groupe de Visegrad et plus généralement les pays d’Europe centrale et orientale poursuivent le mouvement d’intégration, l’espace européen aura peut-être trouvé une forme durable. ©Getty
Si l’est et l’ouest de l’union européenne arrivent à s’entendre, si le groupe de Visegrad et plus généralement les pays d’Europe centrale et orientale poursuivent le mouvement d’intégration, l’espace européen aura peut-être trouvé une forme durable. ©Getty
Si l’est et l’ouest de l’union européenne arrivent à s’entendre, si le groupe de Visegrad et plus généralement les pays d’Europe centrale et orientale poursuivent le mouvement d’intégration, l’espace européen aura peut-être trouvé une forme durable. ©Getty
Publicité
Résumé

Chassée des îles britanniques par le Brexit, arc-boutée sur ses frontières méditerranéennes sous pression migratoire, l'UE se replie sur le continent même. Elle ne sait plus comment alimenter sa prospérité. Vers le sud-est peut-être, en intégrant les Balkans ? Vers l’orient au-delà des Carpates ?

avec :

Elsa Tulmets (chercheuse affiliée au Centre Marc Bloch de Berlin et à l´Institut de Relations Internationales (IIR) de Prague.), Michel Foucher (Géographe, ancien ambassadeur de France, titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMHS).), Laurent Warlouzet (Professeur d'histoire à Paris Sorbonne Université).

En savoir plus

Au nord, mais au sud également, le territoire de l’UE semble se replier sur le continent même. Chassée des îles britanniques par le Brexit, arc-boutée sur ses frontières méditerranéennes sous pression migratoire, la communauté politique européenne ne sait plus où porter ses désirs ni comment alimenter sa prospérité. Vers le sud-est peut-être, en intégrant les Balkans ? Vers l’orient au-delà des Carpates ? Des espaces dangereux et incertains où la puissance russe veille…  

Le temps de la maturité

Mais le temps de la maturité est peut-être venu : le temps de l’approfondissement des coopérations au sein de frontières stabilisées. Si l’est et l’ouest de l’union européenne arrivent à s’entendre, si le groupe de Visegrad et plus généralement les pays d’Europe centrale et orientale poursuivent le mouvement d’intégration, l’espace européen aura peut-être trouvé une forme durable. A moins que les déséquilibres ne s’accroissent et qu’une Europe rétrécie, recentrée autour du couple franco-allemand ne soit le dernier vestige du projet européen d’un territoire pacifique uni et prospère. 

Publicité

L'Union vouée à se réduire

Alors comment comprendre l’arrêt des processus d’adhésion et d’intégration européens ? L’union est-elle vouée à se réduire comme peau de chagrin ? quel espace géopolitique peut se dégager des frontières instables de l’Union ? 

Une émission préparée par Marguerite Catton.

5 min
33 min
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation