Un partisan indien du parti Bharatiya Janata (BJP), lors d'un événement en soutien aux candidats du parti aux élections municipales locales à Allahabad en Inde, le 22 novembre 2017.
Un partisan indien du parti Bharatiya Janata (BJP), lors d'un événement en soutien aux candidats du parti aux élections municipales locales à Allahabad en Inde, le 22 novembre 2017. ©AFP - SANJAY KANOJIA
Un partisan indien du parti Bharatiya Janata (BJP), lors d'un événement en soutien aux candidats du parti aux élections municipales locales à Allahabad en Inde, le 22 novembre 2017. ©AFP - SANJAY KANOJIA
Un partisan indien du parti Bharatiya Janata (BJP), lors d'un événement en soutien aux candidats du parti aux élections municipales locales à Allahabad en Inde, le 22 novembre 2017. ©AFP - SANJAY KANOJIA
Publicité

Depuis l'arrivée au pouvoir de Narendra Modi, il y a trois ans, les nationalistes hindous gagnent du terrain et n'hésitent pas à menacer les minorités. Quelles sont ces milices nationalistes coupables d’exactions et que l'Etat laisse faire ? Qu'en est-il des libertés démocratiques ?

Avec
  • Stéphanie Tawa Lama-Rewal directrice de recherche au CNRS, politiste spécialiste de la démocratie participative en Inde
  • Sylvie Guichard maître d'enseignement et de recherche à l’Université de Genève
  • Christophe Jaffrelot Directeur de recherche au CERI-Sciences Po/CNRS et co-directeur de l'Observatoire franco-allemand de l'Indo-Pacifique

Des mesures légales de rétorsions à l’assassinat d’éleveurs de vaches en passant par d’arbitraires passages à tabac, le sort des minorités religieuses en Inde —chrétiennes et musulmanes— est en proie à la violence d’organisations de plus en plus puissantes, telles que ces fameux « protecteurs de vaches » (GRK), s’organisant, dans certains Etats (Maharashrata et l’Haryana), en de véritables milices.

En cause, la bienveillance et la connivence à l'égard de ces mouvements du BJP, le parti au pouvoir élu en 2014. Loin de l’image d’un hindouisme spirituel et pacifiste, le parti de l’actuel premier ministre, Narendra Modi, laisserait s’installer une « démocratie ethnique », tournant ainsi le dos à l’héritage séculaire du pays.

Publicité

Avec plus de 100 millions d’adhérents, le BJP, plus grand parti au monde, accumule les victoires électorales à tel point qu’il semble inarrêtable. Après un score historique de 40% obtenu en mars dernier dans l’Uttar Pradesh, et suite à l’élection à la présidence du pays de Ram Nath Kovind, issu des mêmes rangs, le parti est en bonne passe pour assurer une nouvelle victoire aux élections générales de 2019.

Alors jusqu’où ira le parti de Narendra Modi ?  L’Inde va-t-elle tourner le dos à son héritage séculaire ? Qui sont ces milices hindoues, coupables d’exaction à l’égard des minorités chrétiennes et musulmanes et sur lesquelles les autorités ferment les yeux ? Et quels sont les moteurs de ce nationalisme hindou qui enfièvre une Inde traditionnellement et constitutionnellement séculariste ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

43 min
58 min

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Crédits:

Musique de début : « Riot » de A. R. Raham (label : Interscope records).

Musique de fin : « Allah Elohim » de Shye Ben Tzur, Jonny Greenwood et The Rajasthan Express (label : ATC Management).