Salvador Allende, président socialiste du Chili renversé par un coup d'Etat le 11 septembre 1973
Salvador Allende, président socialiste du Chili renversé par un coup d'Etat le 11 septembre 1973
Salvador Allende, président socialiste du Chili renversé par un coup d'Etat le 11 septembre 1973 ©AFP - Farabola/Leemage
Salvador Allende, président socialiste du Chili renversé par un coup d'Etat le 11 septembre 1973 ©AFP - Farabola/Leemage
Salvador Allende, président socialiste du Chili renversé par un coup d'Etat le 11 septembre 1973 ©AFP - Farabola/Leemage
Publicité
Résumé

Trois ans après l'arrivée au pouvoir du président Salvador Allende, le coup d'Etat du général Pinochet met un terme brutal à la "voie chilienne vers le socialisme", le 11 septembre 1973. Que reste-t-il aujourd'hui du chef de l’Unité populaire, cette figure majeure pour les gauches du monde entier ?

avec :

Beatriz Sanchez (leader du Frente Amplio et ancienne candidate à la présidentielle.), Franck Gaudichaud (Professeur d’études latino-américaines à l’Université Toulouse - Jean Jaurès), Patricio GUZMAN (Cinéaste).

En savoir plus

C’est sous les bombardements de l’aviation, dans le palais présidentiel de la Moneda, que Salvador Allende prononce ses derniers mots à la radio le 11 septembre 1973. Quelques instants plus tard, encerclé par les forces putschistes, il se suicide avec son arme à feu.

Trois ans après l’arrivée au pouvoir du premier président marxiste élu, le coup d’Etat du général Pinochet met ainsi un terme brutal à la « voie chilienne vers le socialisme ». Salvador Allende, surnommé « le camarade président » , « el compañero presidente », tentait en effet de mettre en place une politique de redistribution des richesses, provoquant l’ire des élites du pays et des Etats-Unis qui redoutent alors un basculement du Chili dans le bloc de l’Est. 

Publicité

Après le coup d’Etat de 1973, s’ensuivent 17 ans d’une dictature marquée par une répression aveugle et des exils massifs avant que revienne enfin la démocratie au début des années 1990. 

Quarante-cinq ans après la mort de Salvador Allende, alors que le Chili vient d’élire un président conservateur Sebastian Piñera, que reste-t-il du chef de l’Unité populaire, cette figure majeure pour les gauches du monde entier ? Quel héritage le partisan des nationalisations a-t-il laissé dans un continent qui connait aujourd’hui un virage à droite et un retour au néolibéralisme?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Crédits Musicaux :

« Gracias a la vida » de Los Calchakis (label : Arion)

« Canto libre » de Victor Jara qui fut assassiné entre le 14 et le 16 septembre 1973 par les militaires de la junte dans le stade national de Santiago après qu’on lui eût tranché les doigts avec une hache (label : Plane)

Extraits sonores :

1- Extrait du dernier discours de Salvador Allende au matin du 11 septembre 1973 (Extrait de discours officiel, 11 septembre 1973)

2- En 1971, le cinéaste chilien Miguel Littin a réalisé un film autour d’une conversation entre Régis Debray et le président Allende (extrait de ce film « Companero Presidente », 1971)

3- Extrait de « La Bataille du Chili » de Patricio Guzman réalisé neufs mois avant le coup d’Etat militaire.

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration