A l’occasion de dîners, de soirées, ou de week-ends, la relation professionnelle s’approfondit, la confiance s’établit entre les partenaires  et si l’on ne signe pas le contrat sur le coin de la nappe, on peut tout de même remporter le marché.
A l’occasion de dîners, de soirées, ou de week-ends, la relation professionnelle s’approfondit, la confiance s’établit entre les partenaires  et si l’on ne signe pas le contrat sur le coin de la nappe, on peut tout de même remporter le marché.  - JESSICA HROMAS
A l’occasion de dîners, de soirées, ou de week-ends, la relation professionnelle s’approfondit, la confiance s’établit entre les partenaires et si l’on ne signe pas le contrat sur le coin de la nappe, on peut tout de même remporter le marché. - JESSICA HROMAS
A l’occasion de dîners, de soirées, ou de week-ends, la relation professionnelle s’approfondit, la confiance s’établit entre les partenaires et si l’on ne signe pas le contrat sur le coin de la nappe, on peut tout de même remporter le marché. - JESSICA HROMAS
Publicité

Si les lieux et les moments du travail sont bien identifiés, le temps des loisirs et de la détente n’est pas pour autant dépourvu d’enjeux économiques pour les hommes d’affaires. Alors, quels sont les lieux investis de manière privilégiée par les élites économiques ?

Avec
  • Jean-Frédéric de Hasque Réalisateur de films documentaires
  • Jean-Pascal Daloz sociologue, directeur de recherches au CNRS.
  • Valérie Capdeville Maître de conférences à l’université Paris 13.

Donald Trump, président américain, et Shinzo Abe, premier ministre nippon à l’issue d’une partie de golfe en novembre dernier. Donald Trump le businessman ne doute pas que les pratiques du monde des affaires payent en diplomatie et le green fait partie de ces lieux où se forge une sociabilité censée favoriser les affaires.

Si les lieux et les moments du travail sont bien identifiés, le temps des loisirs et de la détente n’est pas pour autant dépourvu d’enjeux économiques pour les hommes d’affaires.

Publicité

A l’occasion de dîners, de soirées, ou de week-ends, la relation professionnelle s’approfondit, la confiance s’établit entre les partenaires  et si l’on ne signe pas le contrat sur le coin de la nappe, on peut tout de même y remporter des marchés.

Pour tout cela le faste s’impose, il faut du décorum, des mets fins et des boissons fortes, à même de valoriser sa position, de valoriser l’invité, d’installer un climat convivial. Mais à chaque culture ses codes, à chaque pays ses mœurs et la sociabilité d’affaires internationale, le commerce mondial finalement, se heurtent bien souvent aux usages indigènes.

Alors, quels sont les lieux investis de manière privilégiée par les hommes d’affaires ? Quels codes régulent cette sociabilité informelle ? Comment se préparent en coulisse les contrats et au-delà, qu’apprend-on de l’élite économique lorsqu’on arrive à la saisir hors du cadre officiel ?

Une émission préparée par Marguerite Catton. 

Crédits musicaux :

« Asha » de Pantha du Prince (label : Kompakt)

« The Upper Classes” du groupe britannique The Auteurs (label : Hut)

Extraits sonores :

- Trump en campagne électorale disait combien il préférerait travailler à ses dossiers à la Maison Blanche une fois élu plutôt que d’aller au golf (sous-entendu, pour critiquer Obama) (Extrait d’un secours à Portsmouth, 04 février 2016)

- différentes phrases de Donald Trump à propos du golf + le premier porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer parlant du golf comme facilitateur des relations nippo-américaines lors de la visite de Shinzo Abe à Mar A Lago (CNN, 1er avril 2017)

- Lors de la visite de Donald Trump au Japon, celui-ci insiste sur le rôle du golf quant à l’amélioration des relations nippo-américaines (vidéo de la Maison Blanche, 06 novembre 2017)

- Extrait du documentaire « Les Lions » de Jean-Frédéric de Hasque (2016)

- Archive de Pathé présentant le café de Lloyd dans lequel était rejoué une scène de marchands britanniques de 1688 (1960)

L'équipe