Du « soft power » au « ruan shili » : la diplomatie culturelle selon Pékin : épisode 4/4 du podcast Chine : la grande expansion

Portrait de Confucius
Portrait de Confucius ©AFP - LEEMAGE
Portrait de Confucius ©AFP - LEEMAGE
Portrait de Confucius ©AFP - LEEMAGE
Publicité

Le « soft power » chinois a de belles années devant lui. La diffusion à l'internationale de la culture chinoise fait partie des priorités de Xi Jinping, martelées lors du 19e Congrès du Parti communiste chinois. Comment se matérialise cette « force douce » ? Est-elle le nouvel « american dream » ?

Avec
  • Emmanuel Lincot spécialiste de la diplomatie culturelle de la Chine et la question du ‘soft power’ du régime, professeur à l'Institut Catholique de Paris, chercheur associé à l’IRIS
  • François Bougon journaliste, responsable du service international de Mediapart
  • Carole Gomez doctorante en sociologie du sport à l’institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne.

Après les années Deng Xiaoping qui ont vu la Chine concentrer ses forces culturelles sur la propagande intérieure, s’effaçant volontairement sur le plan international pour mieux nourrir son développement intérieur ; les mandats d’Hu Jintao et de Xi Jinping ont marqué le réveil de l’impérialisme chinois.

Le parti s’équipe des instruments classiques de la communication politique : la langue, la culture, l’art et les médias, toutes les ficelles de la persuasion sont utilisées et projetées à l’étranger.

Publicité

Sur le territoire national comme à l’extérieur des frontières, il s’agit de promouvoir le « rêve chinois », le slogan politique de l’actuel dirigeant chinois, ciment du nouveau nationalisme, alternative à l’hégémonie américaine.

Quels sont les outils du Soft Power chinois ? En quoi ont -ils permis de transformer l’image que Pékin projette à l’extérieur de ses frontières ? Et quelles sont les valeurs qu’il véhicule ?

Faut-il s’en inquiéter ?

Dans ce combat idéologique et culturel - qui est aussi combat pour la survie du Parti communiste chinois, tous les coups sont permis. Désinformation, intimidation et manipulation.

La démocratie n’étant pas une valeur prioritaire pour le régime chinois, on peut se demander dans quelle mesure le Soft power chinois pourrait constituer une menace pour les valeurs défendues par les démocraties libérales occidentales.

Une émission préparée par Marguerite Catton.

L'équipe