Une tablette électronique et des journaux papiers
Une tablette électronique et des journaux papiers ©Getty - John Lamb
Une tablette électronique et des journaux papiers ©Getty - John Lamb
Une tablette électronique et des journaux papiers ©Getty - John Lamb
Publicité

Le 1er septembre 2022, Macron a demandé aux ambassadeurs d'être davantage réactifs sur les réseaux sociaux pour contrer les propagandes antifrançaises. Ce discours s'inscrit dans un contexte de complexification des relations et des frontières entre diplomatie, médias et propagande...

Avec
  • Maxime Audinet Docteur en études slaves de l'université de Paris Nanterre et chercheur à l'IRSEM.
  • Tristan Mattelart Professeur en Communication internationale à l’Université Paris VIII Vincennes- Saint-Denis
  • Amaëlle Guiton journaliste à Libération, spécialiste des enjeux numériques.

Des opérations militaires au Sahel à la guerre en Ukraine, des élections américaines aux actualités du Moyen-Orient, la géopolitique se joue aussi, et de plus en plus, dans l’arène médiatique.

À coups de fausses nouvelles et de rhétorique confusionniste les pratiques offensives de certains médias, liés à des régimes autoritaires, poussent les démocraties à s’interroger. Peut-on s’engager dans une guerre de l’information sans porter atteinte à l’indépendance de ses propres organes de presse ?

Publicité

Le discours d’Emmanuel Macron semble avoir mis le doigt sur un sujet hautement sensible. Pour les journalistes, d’une part, fermement opposés à l’idée de servir les intérêts d’une politique étrangère. Mais aussi pour les diplomates devenus la cible de campagnes de propagandes orchestrées par des journaux étrangers.

14 min

Entre information et influence, quel rôle pour les médias dans la guerre des récits que se livrent les grandes puissances ? Pourquoi les nouvelles chaînes d’info venues de Chine, de Russie ou de Turquie se présentent-elles comme des contre-modèle aux historiques que sont la BBC ou CNN ? Quelles sont leurs stratégies d’influence ? Face à la radicalisation de certains discours la fermeture des stations est-elle une solution ?

Pour répondre à ces questions et à bien d'autres, Mélanie Chalandon reçoit Maxime Audinet, chercheur à l’IRSEM, auteur de Russia Today : un média d’influence au service de l’Etat russe (ed. INA, 2021), ainsi que Tristan Mattelart, professeur à l’université Paris Panthéon Assas.

"Dans un contexte de démocratie libérale, demander aux médias de servir la politique étrangère du pays risque de cautionner un discours critique vis-à-vis des médias. Par exemple au Mali, France 24 et RFI ont été suspendus par la junte militaire qui les présentait comme la voix médiatique du Quai d'Orsay.", analyse Maxime Audinet, au sujet de la problématique actuelle de constituer les médias comme voix pour la politique étrangère des Etats.

"Il faut faire les distinctions entre médias publics pour les puissances européennes et les Etats-Unis et les médias d'Etat, une distinction que la Russie ne fait pas. Il n'y a pas pour en Russie de "garde-fous" qui seraient garants d'une indépendance éditoriale des médias dits publics comme en Europe ou aux Etats-Unis", observe Tristan Mattelart.

Pour aller plus loin :

Tristan Mattelart a écrit le chapitre intitulé "la bataille des images : de l'usage de la télévision à des fins de diplomatie publique" dans la puissance par l'image : les Etats et leur diplomatie publique paru aux presses de Sciences Po en 2021.

Seconde partie : le focus du jour

Un homme participe à une manifestation pour soutenir Julian Assange qui fait face à une demande d'extradition vers les Etats-Unis, Bruxelles, le 23/04/22
Un homme participe à une manifestation pour soutenir Julian Assange qui fait face à une demande d'extradition vers les Etats-Unis, Bruxelles, le 23/04/22
© AFP - John Thys

Si certains Etats tentent d’influencer les opinions mondiales à travers des récits médiatiques financés par leurs soins, ils doivent aussi composer avec la concurrence d’acteurs plus indépendants comme Wikileaks. Conçu comme un contre-pouvoir capable de révéler au grand public des informations occultées par les Etats, Wikileaks est un franc-tireur incontournable de cette guerre des récits. Un franc-tireur dont l’indépendance revendiquée a néanmoins été instrumentalisée pour servir les intérêts d’Etats ou de politiciens, de Trump à Poutine…

Avec Amaëlle Guiton , journaliste à Libération.

58 min

"Le discours d'Assange a toujours été de dire que Wikileaks était une archive du pouvoir", explique Amaëlle Guiton.

Références sonores

  • RT (Russia Today) consider legal action over Emmanuel Macron "propaganda" comments ( Channel4News - 20/06/17)
  • Israël : Al-Jazeera sur la sellette ( euronews - 06/08/17)
  • Conférence des ambassadrices et ambassadeurs : suivez le discours du président d'Emmanuel Macron ( Elysée - 01/09/22)
  • Sur RT France, les adieux d'une présentatrice avant la fermeture de la chaîne ( Le Huffington Post - 02/03/22)
  • France vs Russie : guerre informationnelle au Sahel | ARTE info plus ( ARTE - 15/09/22)
  • Hillary Clinton On Wikileaks And Russian Espionnage | CNBC ( CNBC - 20/10/16)

Références musicales

  • "Altes Kamuffel" de Paul Kalkbrenner
  • "Fake News" de Dub Inc (2019)

Une émission réalisée par Barthélémy Gaillard et Julie Ducos.

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Léa Capuano
Production déléguée
Bertille Bourdon
Collaboration
Barthélémy Gaillard
Collaboration