L’Espagne (ici le groupe Iberdrola) a décidé de ponctionner les profits engrangés par les énergéticiens tirés de la hausse des prix
L’Espagne (ici le groupe Iberdrola) a décidé de ponctionner les profits engrangés par les énergéticiens tirés de la hausse des prix ©AFP - Rafa Rivas
L’Espagne (ici le groupe Iberdrola) a décidé de ponctionner les profits engrangés par les énergéticiens tirés de la hausse des prix ©AFP - Rafa Rivas
L’Espagne (ici le groupe Iberdrola) a décidé de ponctionner les profits engrangés par les énergéticiens tirés de la hausse des prix ©AFP - Rafa Rivas
Publicité

Au lieu de sortir son carnet de chèques comme ce fut le cas en avril 2022 pour répondre à la crise sociale, le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez choisit de s'attaquer aux bénéfices extraordinaires. Les fonds perçus financeraient les nombreuses mesures du plan anti-crise annoncé en juin 2022.

Avec
  • Christine Rifflart économiste à l’OFCE
  • Carole Viñals Maître de conférences-HDR à l’Université de Lille, spécialiste en civilisation de l’Espagne contemporaine
  • Maria-Eugenia Sanin Économiste spécialiste des questions énergétiques, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Saclay

Taxer les bénéfices extraordinaires réalisés par les entreprises de l'énergie.. La mesure a été annoncée en juillet dernier par le premier ministre espagnol Pedro Sanchez. Elle devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2023. Un impôt exceptionnel et temporaire, conçu au nom de la justice fiscale et qui devrait permettre à l’Etat de financer les différents plan sd’aide annoncés ces derniers mois pour aider les ménages et les entreprises à faire face à la crise.

Durement frappée par l’inflation, tout comme le reste de l’Europe, l’Espagne a été particulièrement fragilisée par les conséquences de la pandémie qui ont durement affecté son économie. Le pays ne s’est pas non plus totalement relevé de la dure crise immobilière de 2008. Face au risque d’appauvrissement de la population, le gouvernement de gauche – coalition socialistes et podemos – a donc sorti l’artillerie lourde : celle de la fiscalité pour les plus riches et de la redistribution pour les plus démunis.

Publicité

Mais le gouvernement aura-t-il les moyens de ses ambitions ? La taxation des super-profits sera-t-elle suffisante pour financer les vastes plans d’aide déjà mis en place ? Comment ce projet s’inscrit-il dans une politique de gauche assumée qui depuis deux ans multiplie les réformes pour plus de justice et de partage de la richesse ?

Pour répondre à ces questions, Julie Gacon reçoit Christine Rifflart, économiste au département analyse et prévision de l’OFCE et spécialiste de l’Espagne, Carole Vinals, maîtresse de conférences à l’université de Lille et spécialiste de l'Espagne post-franquiste.

Seconde partie : le focus du jour

Taxer les profits exceptionnels des grands groupes de l’énergie : l’Italie pionnière

Le logo de la multinationale Eni, fournisseuse de gaz, essence et électricité en Italie, concernée par l'impôt exceptionnel sur les entreprises de l'énergie
Le logo de la multinationale Eni, fournisseuse de gaz, essence et électricité en Italie, concernée par l'impôt exceptionnel sur les entreprises de l'énergie
© AFP - Amir Makar

En Italie comme dans le reste de l’Union européenne, les factures d’énergie ont explosé. Pour y faire face et tenter d’amoindrir les effets sur les ménages de la très forte dépendance du pays au gaz, le gouvernement Draghi a mis en place au printemps dernier une taxe sur les bénéfices exceptionnels réalisés par les entreprises du secteur énergétique grâce à la hausse des prix. Le gouvernement espère en retirer environ 4 milliards d’euros, de quoi financer ses plans d’aide. Mais le recouvrement s’avère plus compliqué que prévu car de nombreuses entreprises ont refusé jusqu’ici de payer...

Maria-Eugenia Sanin-Vasquez, maîtresse de conférences en économie à l’Université Paris Saclay.

Références sonores

  • Espagne : l'incontrôlable flambée des tarifs de l'électricité ( TF1 - 01/02/22)
  • Pedro Sanchez annonce un nouvel impôt sur les bénéfices des entreprises de l'électricité ( El Pais - 25/06/22)
  • Non à la vie chère ! Manifestation à Madrid contre l'inflation et pour une hausse des salaires ( euronews - 03/11/22)
  • Des manifestants brulent leurs factures de gaz et d'électricité à Naples en Italie pour protester contre la flambée des prix de l'énergie ( Twitter - 02/09/22)
  • Italie : la taxe sur les superprofits fait débat ( Arte - 2022)

Références musicales

  • "Arched bay window" de Chamberlain
  • “Conchiglie” d'Andreas Laszlo De Simone

Une émission préparée par Mélanie Chalandon.

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Bertille Bourdon
Collaboration
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Vivian Lecuivre
Réalisation
Julie Ducos
Stagiaire