Rassemblement organisé par le prédicateur salafiste allemand Pierre Vogel à Offenbach, en Allemagne, en 2014
Rassemblement organisé par le prédicateur salafiste allemand Pierre Vogel à Offenbach, en Allemagne, en 2014 ©AFP - BORIS ROESSLER / DPA
Rassemblement organisé par le prédicateur salafiste allemand Pierre Vogel à Offenbach, en Allemagne, en 2014 ©AFP - BORIS ROESSLER / DPA
Rassemblement organisé par le prédicateur salafiste allemand Pierre Vogel à Offenbach, en Allemagne, en 2014 ©AFP - BORIS ROESSLER / DPA
Publicité

S’il est encore très minoritaire, le salafisme, qui est, rappelons-le, très majoritairement quiétiste en Europe, convainc de plus en plus de jeunes musulmans. L'expansion de son discours est-elle l’antichambre du djihad ? Ou peut-elle au contraire constituer un rempart au passage à la violence ?

Avec
  • Haoues Seniguer Maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon, chercheur au laboratoire Triangle (CNRS, ENS), directeur adjoint de l'Institut d'études de l'islam et des sociétés du monde musulman (EHESS/CNRS)
  • Abdelasiem El Difraoui politologue, spécialiste du monde arabe, du djihadisme et de sa propagande, auteur de « Le djihadisme », ed. PUF/Que sais-je et de « Al- Qaida par l'image », ed. PUF.
  • Farhad Khosrokhavar sociologue, directeur d'études à l'EHESS

Le mois dernier, la justice française s’est prononcée en faveur de l’expulsion d’un prédicateur algérien accusé de propager des discours de haine dans une mosquée salafiste de Marseille, dernière décision en date visant à lutter contre l’essor de ce mouvement fondamentaliste de l’islam qui connait un succès croissant depuis la fin des années 90 en Europe.

S’il est encore très minoritaire, il convainc de plus en plus de jeunes musulmans en Allemagne, au Royaume-Uni ou encore au Danemark, profitant de la perte d’influence des Frères musulmans. 

Publicité

En France, le débat sur le salafisme revient comme un serpent de mer à chaque attentat.  Avec cette question qui n’en finit pas de diviser les intellectuels français : le salafisme, qui est, rappelons-le, très majoritairement quiétiste en Europe, est-il l’antichambre du djihad ?

Peut-il au contraire constituer un rempart au passage à la violence ? Que veulent les salafistes européens et comment expliquer leur succès croissant ? 

Quelle réponse les pays occidentaux peuvent-ils apporter face à l’expansion d’un discours qui, s’il n’appelle pas directement au djihad, prône le repli communautaire et le rejet de certaines valeurs républicaines ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny.

Extraits sonores:

Manifestation du « mouvement nationaliste anti-islamisation » à Brest (Le Monde, 2015)

Yvan Mayeur maire de Bruxelles en 2016 (Canal +, Le Supplément, 2016)

Emmanuel Valls lors d’une journée de conférences sur «l'islamisme et la récupération populiste en Europe» (Le Figaro, 2016)

L’hommage national à Arnaud Beltrame d’Emmanuel Macron  (Public Senat, 2018) 

Pierre Vogel, le salafiste le plus connu d’Allemagne (Arte,  février 2016)

L’ex salafiste Moussa Gasper (Arte février 2016)

Archive : création du conseil francais du culte musulman (France 2, avril 2003) 

Le prédicateur salafiste britannique Abbu Oussama -  Extrait du documentaire « BBC Dispatches », (BBC, 2014).

Crédits musicaux: 

Yasmine Hamdan « Deny »  Label : CRAMMED DISCS

Higher de saine, omena records

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Collaboration
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration