Joe Biden s'exprimant devant la "National League of Cities" à Washington le 14 mars 2022.
Joe Biden s'exprimant devant la "National League of Cities" à Washington le 14 mars 2022.
Joe Biden s'exprimant devant la "National League of Cities" à Washington le 14 mars 2022. ©AFP - Drew Angerer
Joe Biden s'exprimant devant la "National League of Cities" à Washington le 14 mars 2022. ©AFP - Drew Angerer
Joe Biden s'exprimant devant la "National League of Cities" à Washington le 14 mars 2022. ©AFP - Drew Angerer
Publicité
Résumé

Depuis le début de l'invasion russe, les Etats-Unis s'illustrent par un soutien financier d'ampleur accordé à l'Ukraine, contrastant avec leur grande prudence sur le plan militaire. Dans quelle mesure la guerre en Ukraine impacte-t-elle la position dominante de Washington dans l'ordre mondial ?

avec :

Maya Kandel (historienne des Etats-Unis, chercheuse à l'Université Sorbonne Nouvelle et responsable du programme Etats-Unis à l’Institut Montaigne), Martin Quencez (chercheur au German Marshall Fund à Paris et chercheur associé au Conseil Européen des affaires étrangères).

En savoir plus

Qu’il s’agisse de l’aide d’urgence de 13,6 milliards de dollars à l’Ukraine votée à la chambre des représentants ou du boycott des hydrocarbures russes décrété par la Maison Blanche, l’administration américaine a pris des mesures économiques fortes depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Des mesures saluées par la classe politique américaine - les acclamations lors de son discours sur l’état de l’Union en témoignent- mais aussi par une partie de l’opinion publique, visiblement prête à supporter le coût de la crise énergétique, corollaire de la guerre.

Si les Etats-Unis s’engagent pleinement en Ukraine sur les plans économique diplomatique et humanitaire qu’en est-il sur le plan militaire ? Jusqu’où l’administration américaine est-elle prête à aller pour stopper Vladimir Poutine ? L’isolationnisme, prôné depuis plusieurs années et assumé depuis le départ d’Afghanistan, pourrait-il être remis en cause, notamment par la rivalité montante avec la Chine ? Comment l’opinion américaine pèsera-t-elle sur ces débats alors que les élections de mi-mandat se tiendront à l’automne ? Comment les Etats-Unis vont-ils devoir repenser leur place dans un ordre international boulversé par l’éclatement de la guerre en Ukraine ?

Publicité

Depuis novembre 2022, les services américains ont fait beaucoup de partage de renseignements avec leurs alliés, et ont eu une communication politique et diplomatique renforcée. Cette politique a permis de maintenir une unité très forte entre européens et américains. Martin Quencez

Biden s'inscrit dans cette nouvelle ligne majoritaire du parti démocrate qui consiste à s'opposer à la militarisation de la politique étrangère américaine : il défend un usage sélectif et prudent de la force militaire. On le voit en Ukraine, ou encore avec le retrait de l'armée américaine en Afghanistan et on l’a vu, plus globalement, avec la baisse de 40% des frappes américaines lors de la première année de son mandat, en 2021. Maya Kandel

Florian Delorme reçoit Martin Quencez, directeur adjoint du German Marshall Fund à Paris et Maya Kandel, historienne spécialiste de la politique étrangère américaine, directrice du programme Etats-Unis à l’institut Montaigne.

Seconde partie : le focus du jour

Le Canada : une alternative au gaz russe pour l’Europe ? 

Installation pétrolière au Canada
Installation pétrolière au Canada
© Getty - Ian Willms

Alors que les dirigeants européens, réunis à Versailles les 10 et 11 mars 2022, se sont engagés à sortir de leur dépendance au gaz russe, plus que jamais mis en lumière par la guerre en Ukraine ; au Canada, plusieurs acteurs, politiques et économiques, ont appelé le gouvernement à davantage exploiter les ressources naturelles pour approvisionner l’Europe. Quatrième producteur mondial de gaz naturel et de pétrole, le Canada semble, en effet, disposer des ressources suffisantes pour devenir une importante source d’approvisionnement pour les européens. Mais entre les fortes divisions qui marquent la vie politique canadienne sur les questions énergétiques, et le manque d’infrastructures nécessaires à l’exportation, la tâche s’annonce compliquée pour Ottawa.

Le Canada possède les troisièmes plus grandes réserves de pétrole au monde, et d’importantes réserves de gaz. Les quantités sont suffisantes pour approvisionner l’Europe en énergie, mais le problème se situe plutôt au niveau de l’acheminement. Pour le moment, le gaz canadien ne peut être exporté en l’absence de nouveaux terminaux d'exportation à l’ouest et surtout à l’est. Yvan Cliche 

Avec Yvan Cliche, chercheur en énergie au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal.

Références sonores

- Extrait du discours de Joe Biden lors de son discours sur l’état de l’Union au Congrès (France 24, 02 mars 2022)

- Joe Biden annonce le boycott du gaz, du charbon et du pétrole russes (The Guardian, 08 mars 2022)

- Annonce de 800 millions de dollars d’aides militaires supplémentaires pour l’Ukraine par Joe Biden (Washington Post, 16 mars 2022)

- La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki réfute les accusations selon lesquelles l’administration Biden limiterait l’extraction de pétrole aux Etats-Unis (10 Tampa Bay, 09 mars 2022)

- Le conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis Jake Sullivan évoque des sanctions contre la Chine si cette dernière soutient la Russie (CBC News, 14 mars 2022)

- Le Premier ministre d’Alberta Jason Kenney annonce vouloir mettre à disposition des Etats-Unis et de l’Europe ses réserves de pétroles et d’énergie (CPAC, 24 février 2022)

Références musicales

- « Field » de Christian Löffler (Label : Ki Records)

- « Kolyskova » de Dakhabrakha (Label : Tyra Records)

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation