Anaheim, Californie, 25 janvier 2018
Anaheim, Californie, 25 janvier 2018 ©AFP - AFP STORY BY VERONIQUE DUPONT - EVACUATION DE CAMPS DE SANS ABRIS EN 2018
Anaheim, Californie, 25 janvier 2018 ©AFP - AFP STORY BY VERONIQUE DUPONT - EVACUATION DE CAMPS DE SANS ABRIS EN 2018
Anaheim, Californie, 25 janvier 2018 ©AFP - AFP STORY BY VERONIQUE DUPONT - EVACUATION DE CAMPS DE SANS ABRIS EN 2018
Publicité

Malgré leur richesse, les Etats-Unis restent l'un des pays les plus inégalitaires de la planète. Les mécanismes de redistribution y sont faibles, et l’accès à la santé coûteux. Cette crise est-elle l’occasion de repenser le rôle de l’Etat fédéral dans la société étatsunienne ?

Avec
  • Esther Cyna historienne des États-Unis et enseignante à l'Université Panthéon-Sorbonne Paris 1
  • Romain Huret Historien, spécialiste des États-Unis
  • James Cohen spécialiste des questions migratoires aux Etats-Unis, professeur à l'Institut du monde anglophone de l'université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Il a choisi des mots simples mais durs. Des mots qui disent la réalité telle qu’elle est : des familles qui ont faim, des expulsions, le chômage. Deux jours après son investiture, fin janvier, à la tête des Etats-Unis, c’est un bien sombre tableau que le nouveau Président Joe Biden a dressé de la réalité sociale de son pays. Un pays durement touché par la pandémie, avec plus de 400 000 morts et un virus qui continue de circuler activement. 

Car malgré leur richesse, les Etats-Unis restent l'un des pays les plus inégalitaires de la planète. Les mécanismes de redistribution y sont faibles et l’accès à la santé coûteux pour ceux qui ne bénéficient pas d’une bonne assurance maladie. Pour tous ces Américains qui perdent leur travail la situation est donc particulièrement précaire. Beaucoup risquent de basculer dans la pauvreté, aggravant une crise sociale latente.

Publicité

Malgré l’arrivée des vaccins, il faudra certainement de nombreuses années au pays pour se remettre des effets de la pandémie sur l’économie et le tissu social. L’Etat aura-t-il les moyens de soutenir durablement ces millions d’Américains qui ne survivent déjà que par les aides au chômage et par des programmes alimentaires décrétés dans l’urgence ? Quels risques à long terme sur les questions cruciales de l’accès au logement, à l’éducation et à la santé ?

Enfin, cette crise est-elle l’occasion de repenser le rôle de l’Etat dans la société étatsunienne ? Voire de renforcer les mécanismes de solidarité, comme le souhaiterait une partie de la gauche ? Pour en parler, Cultures Monde reçoit Romain Huret, historien des Etats-Unis et directeur d'études à l'EHESS.

Pour aller plus loin : Morts de désespoir, d'Angus Deaton et Anne Case, traduit de l’anglais par Laurent Bury, est à paraître fin février 2021 aux PUF. 

Le plan de relance que Joe Biden compte mettre en place est un dispositif d'urgence, qui tient du "quoi qu'il en en coûte". Il faut aider les entreprises, les individus, augmenter les food stamps, coupons alimentaires nécessaires pour des centaines de milliers de citoyens - beaucoup d'Américains ne mangent uniquement, aujourd'hui, que grâce à ceux-ci. Romain Huret

Le problème fondamental de la société étatsunienne se trouve dans le sanitaire et le médical. On assiste à quelque chose d'exceptionnel aux Etats-Unis : il y a un retournement, depuis plusieurs années, de la courbe démographique pour les 35-50 ans. Romain Huret

Seconde partie - les focus du jour

Les immigrés illégaux précarisés par la crise du Covid

Le 2 février 2021, Joe Biden a présenté une ambitieuse réforme de l’immigration comprenant la possibilité de régulariser, voire de naturaliser, des milliers de personnes vivant actuellement de manière illégale - bien que depuis des années - sur le sol américain. Soit parce qu’ils ont perdu leur emploi, soit parce que leur travail ne peut se faire à distance, soit parce qu’ils ne bénéficient d’aucune assurance maladie, les immigrés illégaux ont été en première ligne de la crise qu'a engendré le Covid-19. Exclus des premiers plans d’aide, du fait de leur situation illégale, que peuvent-il espérer de la réforme annoncée de l’immigration par le nouveau Président ?

Avec James Cohen, spécialiste des questions migratoires aux Etats-Unis, professeur à l'Institut du monde anglophone de l'université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

A court terme, des mesures seront prises pour permettre à des immigrés, même sans-papiers, d'au moins se faire vacciner. Cela a déjà été prévu par Joe Biden. Mais ensuite, le projet d'une réforme de fond de l'immigration - qui permettrait à 10 millions de sans-papiers d'être régularisés et de bénéficier d'une voie vers la citoyenneté - me paraît bien problématique. La majorité de Joe Biden est trop courte pour mettre en place cette réforme, que les Républicains vont bloquer au Sénat. James Cohen

Le 26 janvier 2021, New York. Des militants, des travailleurs immigrés et leurs familles  marchent de Union Square à Times Square pour réclamer une aide économique et une réforme de l'immigration en leur faveur.
Le 26 janvier 2021, New York. Des militants, des travailleurs immigrés et leurs familles marchent de Union Square à Times Square pour réclamer une aide économique et une réforme de l'immigration en leur faveur.
© AFP - MICHAEL M. SANTIAGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Education : l’explosion des inégalités sociales

Les classes populaires étatsuniennes sont les premières touchées par l'impact de la crise du coronavirus sur l'éducation. Tandis que certains établissements ont les moyens de garantir la continuité de l’enseignement, d’autres - à commencer par le public - sont totalement dépassés aux Etats-Unis, et ont du se résoudre à fermer, privant des milliers d’écoliers de l’instruction à laquelle ils ont pourtant droit.

Avec Esther Cyna, historienne des États-Unis et enseignante à l'Université Panthéon-Sorbonne Paris 1.

Il y a 14 000 districts scolaires aux Etats-Unis, et c'est comme s'il y avait 14 000 systèmes scolaires différents dans le pays. Les disparités entre ces districts sont énormes, et ce pour une raison assez simple : la plupart d'entre eux reçoivent leur financements par l'impôt foncier. Il y a une corrélation directe entre la richesse d'un quartier et le budget scolaire de ces zones. Esther Cyna

A New York, l'école Yung Wing a rouvert le 7 décembre 2020 en formule "hybride", après plusieurs mois d'interruption des cours en présentiel.
A New York, l'école Yung Wing a rouvert le 7 décembre 2020 en formule "hybride", après plusieurs mois d'interruption des cours en présentiel.
© AFP - MICHAEL LOCCISANO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Une émission préparée par Mélanie Chalandon.

Références sonores

  • Message de Joe Biden au surlendemain de son investiture, dans lequel il constate la gravité de la situation des Etats-Unis sur le plan social et économique (France 24, 22 janvier 2021)
  • Israël Rodriguez, père de famille qui vient d’être expulsé avec sa famille à Houston, explique que son salaire ne suffit plus à payer un loyer (France 2, 04 avril 2020)
  • Témoignages de trois New-Yorkais du Queens qui sont tombés brutalement dans la pauvreté avec la crise du Covid-19 (France 2, reportage d’Agnes Vahramian, 15 avril 2020)
  • Témoignage d'une New-Yorkaise qui compare le Covid au 11 septembre, sur le plan de la crise sociale qui en résulte (Euronews, 08 avril 2020)
  • Angus Deaton, lauréat du prix Nobel 2015 d’économie, expliquait en février 2016, lors du Council on Foreign Relations, comment et pourquoi on meurt de désespoir aux Etats-Unis (22 février 2016)
  • 0Josefino Cervantes est ouvrier agricole et vit depuis 18 ans dans l’Etat de Californie. Il est toujours sans-papiers et n’a pas d’assurance santé. S’il contracte le Covid 19, il ne recevra pas d’argent (Reportage d’Aviva Fried, Arte, 08 mai 2020)
  • Extrait de la conférence de presse en ligne de Dennis Herrera, procureur de la ville de San Francisco, annonçant le 03 février 2021 qu’il engageait une procédure judiciaire contre le district scolaire de l’Etat de Californie pour protester contre la fermeture des écoles publiques.

Références musicales

  • « Lid » de Christian Löffler (Label : KI Records)
  • « Rich kind of poverty » de Sam and Dave (Label : Atlantic)

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Antoine Dhulster
Production déléguée
Benjamin Hû
Réalisation
Nicolas Szende
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation