Les victimes de harcèlement sexuel, d'abus sexuels, de viols, et leurs supporters durant une manifestation #MeToo à Hollywood, Californie, le 12/10/17
Les victimes de harcèlement sexuel, d'abus sexuels, de viols, et leurs supporters durant une manifestation #MeToo à Hollywood, Californie, le 12/10/17 ©AFP - Mark Ralston
Les victimes de harcèlement sexuel, d'abus sexuels, de viols, et leurs supporters durant une manifestation #MeToo à Hollywood, Californie, le 12/10/17 ©AFP - Mark Ralston
Les victimes de harcèlement sexuel, d'abus sexuels, de viols, et leurs supporters durant une manifestation #MeToo à Hollywood, Californie, le 12/10/17 ©AFP - Mark Ralston
Publicité

La libération de la parole qui a suivi en 2017 l'affaire Weinstein se heurte au renouveau des mouvements conservateurs, masculinistes, anti-avortement aux Etats-Unis et rencontre bien des obstacles pour entraîner un changement des mœurs...

Avec
  • Marie-Cécile Naves Politologue, spécialiste des Etats-Unis. Directrice de recherche à l’IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques) où elle dirige l’Observatoire Genre et Géopolitique.
  • Claire Sorin Maîtresse de conférence en civilisation des Etats-Unis à l’Université d’Aix-Marseille
  • Elizabeth Tippett Professeure associée au département de droit de l'université d’Oregon

Il y a tout juste 5 ans, les Etats-Unis se retrouvent sous le choc des révélations du New York Times et du New Yorker : le producteur hollywoodien Harvey Weinstein, pilier de l’industrie cinématographique américaine, est accusé par des dizaines de femmes de viols et d’agressions sexuelles. Dans le sillage des révélations qui s’amoncellent, des actrices prennent la parole sur les réseaux sociaux, reprenant à leur compte le #MeToo pour dénoncer les violences qu’elles aussi ont subis de la part du producteur. Mais le mouvement ne s’arrête pas à ce secteur, des milliers de femmes, anonymes elles, aux Etats-Unis et ailleurs, témoignent sous ce mot dièse. Depuis, la vague continue mais se heurte aussi à un conservatisme puissant qui n’a pas dit son dernier mot et qui s’active dans cette bataille culturelle où il remporte des victoires comme on l’a vu récemment avec la remise en cause de l’arrêt Roe Vs Wade, garantissant le droit à l’avortement.

Alors, dans ce contexte, comment qualifier, et quantifier cet "effet Weinstein" ? Quelles ont été les conséquences de la libération de la parole, au niveau politique, judiciaire ? Quelle a été l’influence de la présidence Trump sur le mouvement ?

Publicité

Pour répondre à ces questions, Florian Delorme reçoit Marie-Cécile Naves, directrice de recherche de l'Observatoire Genre et Géopolitique à l'IRIS.

"Biden sait ce qu'il doit aux réseaux féministes pour son élection. Elles attendent donc de lui qu'il consolide la lutte contre les violences faites aux femmes. Il a par exemple réformé la justice militaire vis-à-vis des cas de violences sexuelles qui peuvent désormais être traitées non plus qu'au sein de l'armée mais aussi par la justice de droit commun", explique Marie-Cécile Naves.

Deuxième partie : Quel impact de Me Too sur le traitement judiciaire du harcèlement sexuel au travail ?

Un homme d'affaire énervé menace une femme d'affaire recroquevillée sous son bureau
Un homme d'affaire énervé menace une femme d'affaire recroquevillée sous son bureau
© Getty - Malte Mueller

En février dernier, le Congrès américain votait une loi contre le harcèlement sexuel au travail, le Ending Forced Arbitration of Sexual Assault and Sexual Harassment Act. Ce texte a été présenté une première fois en 2017, dans le sillage du mouvement MeToo, et il prévoit de faciliter le dépôt de plainte dans les cas de harcèlement sexuel sur le lieu de travail. Surtout, il met fin aux clauses dans les contrats qui empêchent un salarié de poursuivre son agresseur ou l’entreprise en justice. Si cette loi a été présentée par plusieurs sénateurs comme "l’une des réformes sur la vie au travail les plus importantes de l’histoire" des Etats-Unis, Elizabeth Tippett, professeure associée à l'université de l'Oregon est au micro de Bertille Bourdon pour expliquer comment les entreprises peuvent encore se protéger contre des poursuites en cas de harcèlement sexuel.

"Avant le mouvement Me Too, les entreprises ne pouvaient être montrées du doigt pour n'avoir rien fait en cas de harcèlement. Aujourd'hui, un employé harcelé peut menacer d'appeler un journaliste ou de poster un message sur Twitter pour être pris au sérieux dans l'espace public. L'entreprise se trouve alors dans l'obligation de prendre les choses au sérieux afin de pouvoir se défendre", affirme Elizabeth Tippett.

Troisième partie : Les femmes anti-féministes, galvanisées sous Trump ?

Le site internet du mouvement Women Against Feminism
Le site internet du mouvement Women Against Feminism

Depuis quelques années, aux côtés des forums de masculinistes tenus par des hommes, se développe une cyber activité de femmes antiféministes. Si ces mouvements ont toujours existé, ils ont pris dans les années 2010 et plus particulièrement pendant la présidence de Trump un tour nouveau. L’un de ces sites, Women against feminism - les femmes contre le féminisme - rassemble une communauté qui veut prendre ses distances avec les combats pour les droits des femmes, peut-être rendus plus visibles depuis MeToo…

Avec Claire Sorin, maîtresse de conférences en civilisation des Etats-Unis à l'université Aix-Marseille.

"On peut identifier deux matrices de ces discours antiféministes de femmes : d'un côté ce qui serait la manosphère, constituée par ces communautés en ligne qui défendent des problématiques masculines et des stéréotypes de genre traditionnels et l'autre le discours centré sur les mouvements pro-vie.", observe Claire Sorin.

Références sonores

  • Le célèbre producteur Harvey Weinstein viré pour harcèlement sexuel ( Brut - 09/10/17)
  • #MeToo : des victimes d'agression sexuelle témoignent dans une vidéo puissante ( terra femina - 24/10/17)
  • Alyssa Milano reacts to viral #MeToo movement ( Good morning america - 19/10/17)
  • Harvey Weinstein condamné à 23 ans de prison pour viol et agression sexuelle ( Brut - 2020)
  • Live : President Biden signs ending forced arbitration of sexual assault act ( PBS NewsHour - 2022)
  • Meet the "women against feminism" ( BBC Trending - 14/07/14)

Références musicales

  • "Swear" de Moby
  • "Man" de Taylor Swift (2019)

Préparation de l'émission

Une émission préparée par Bertille Bourdon.

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Léa Capuano
Production déléguée
Bertille Bourdon
Collaboration
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Vivian Lecuivre
Réalisation
Julie Ducos
Stagiaire