(G-D) : le Néerlandais Geert Wilders, le Belge Gerolf Annemans, l'Italien Matteo Salvini, la Française Marine Le Pen, le Bulgare Veselin Mareshk et l'Estonien Jaak Madison à Milan le 18 mai 2019.
(G-D) : le Néerlandais Geert Wilders, le Belge Gerolf Annemans, l'Italien Matteo Salvini, la Française Marine Le Pen, le Bulgare Veselin Mareshk et l'Estonien Jaak Madison à Milan le 18 mai 2019.
(G-D) : le Néerlandais Geert Wilders, le Belge Gerolf Annemans, l'Italien Matteo Salvini, la Française Marine Le Pen, le Bulgare Veselin Mareshk et l'Estonien Jaak Madison à Milan le 18 mai 2019.  ©AFP - Miguel MEDINA
(G-D) : le Néerlandais Geert Wilders, le Belge Gerolf Annemans, l'Italien Matteo Salvini, la Française Marine Le Pen, le Bulgare Veselin Mareshk et l'Estonien Jaak Madison à Milan le 18 mai 2019. ©AFP - Miguel MEDINA
(G-D) : le Néerlandais Geert Wilders, le Belge Gerolf Annemans, l'Italien Matteo Salvini, la Française Marine Le Pen, le Bulgare Veselin Mareshk et l'Estonien Jaak Madison à Milan le 18 mai 2019. ©AFP - Miguel MEDINA
Publicité
Résumé

En première partie, nous revenons de Grèce avec Amélie Poinssot, journaliste pour Mediapart. En seconde partie, nous analysons les bons résultats annoncés des partis d’extrême droite aux élections européennes en cours. Européennes 2019 : Vers une internationale nationaliste ?

avec :

Danny Leder (correspondant autrichien à Paris pour quotidien « Kurier ».), Marc Semo (correspondant diplomatique du Monde), Marc Lazar (professeur d’histoire et de sociologie politique, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po à Paris.), Amélie Poinssot (journaliste pour Mediapart, autrice de "Dans la tête de Viktor Orban" Actes Sud 2019).

En savoir plus

Quatre ans après l’accession de Syriza au pouvoir en Grèce, Amélie Poinssot s’est rendue sur place :

Retour de Grèce d'Amélie Poinssot

17 min

La semaine dernière, Marine Le Pen achevait sa tournée des formations d’extrême-droite en Italie, chez Matteo Salvini, le nouvel homme fort de l’UE. Milan devait être la scène sur laquelle les partis nationalistes affirmaient leur nouvelle puissance et leur ambition de former un « super-groupe » Europe des nations et des libertés au Parlement de Strasbourg. En effet, les sondages leurs sont en effet plutôt favorables, aussi bien en Italie, où vingt-six membres de la Lega pourrait être propulsés eurodéputés, qu’en France où le Rassemblement national pourrait gagner au moins vingt-cinq sièges.

Publicité

L’extrême droite autrichienne empêtrée dans un scandale

Pourtant, des failles apparaissent déjà dans le dispositif nationaliste. Samedi dernier, on apprenait que le vice-chancelier autrichien, Heinz-Christian Strache démissionnait suite à la diffusion  d’une vidéo compromettante. Celle-ci le montrait en pleine discussion avec la supposée nièce d’un oligarque russe, à laquelle il proposait des marchés publics en échange d’un soutien financier. 

Au-delà de cette démission, l’affaire a provoqué la chute de la coalition au pouvoir et le FPÖ, allié historique du RN, se retrouve fragilisé sur la scène nationale. Mais c’est également toute la belle entente des partis nationalistes européens qui s’en trouve affectée. 

Alors les extrême-droites européennes pourront-elles s’en relever ? Quel sera leur poids dans le futur Parlement européen ? Seront-elles capables de dépasser leurs propres divisions ? Matteo Salvini réussira-t-il le tour de force d’unir les souverainistes d’Europe ?

Une émission préparée par Mélanie Chalandon et Maïder Gérard. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Extraits sonores :

- Devant des dizaines de milliers de ses partisans rassemblés sur la grande place du Duomo, la cathédrale de la ville, le vice-Premier ministre Matteo Salvini, s'en est pris comme les orateurs précédents à « l'Europe des élites » et « du passé »  (Euronews, 18 mai 2019)

Extraits musicaux :

Toumbeleki Toumbeleki , un rebetiko du chanteur grec A. Kostis sur le disque « The Jail’s a Fine School » (label : Mississippi Records)

L’homme à l’harmonica tiré de la B. O. d’Il était une fois dans l’Ouest d’Ennio Morricone (label : Universal music)

- Turandot : Nessun dorma ! O sole vita eternita (Acte III), Air de Calaf de Giacomo Puccini, interprété par Roberto Alagna accompagné de l’Orchestre de l’opéra de Covent Garden dirigé par Mark Elder (label : EMI)

39 min
9 min
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Maïder Gerard
Collaboration
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation