Le 8 novembre dernier, Delhi a fermé toutes les écoles primaires à cause des niveaux de pollution, près de 30 fois plus élevés que le niveau de sécurité de l'Organisation mondiale de la Santé. ©AFP - SAJJAD HUSSAIN
Le 8 novembre dernier, Delhi a fermé toutes les écoles primaires à cause des niveaux de pollution, près de 30 fois plus élevés que le niveau de sécurité de l'Organisation mondiale de la Santé. ©AFP - SAJJAD HUSSAIN
Le 8 novembre dernier, Delhi a fermé toutes les écoles primaires à cause des niveaux de pollution, près de 30 fois plus élevés que le niveau de sécurité de l'Organisation mondiale de la Santé. ©AFP - SAJJAD HUSSAIN
Publicité
Résumé

Un brouillard gris et épais de pollution envahit régulièrement les rues des grandes villes indiennes. Face au défi environnemental, l'Inde s'engage dans le développement durable. Quelles sont les mesures et les moyens mis en place ? L'Inde se tourne-t-elle vers un nouveau modèle économique ?

avec :

Karunakara Reddy (fondateur de la start up Smaat City, qui vend des purificateurs d’eau à bas prix dans les villages indiens), Joël Ruet (économiste au CNRS et président du think tank The Bridge Tank.), Ramachandra Guha (historien, éditorialiste indien), Bénédicte Manier (journaliste à l'Agence France Presse en Inde.).

En savoir plus

Le mois dernier, les rues de la capitale indienne ont été le théâtre d’un des pics de pollution les plus graves de son histoire, les experts ayant alerté sur des taux plus de 30 fois supérieurs aux recommandations de l’OMS.

Pas étonnant, donc, que la métropole ait dominé le classement 2015 publié par l’OMS des villes les plus polluées au monde, elle avait d’ailleurs quitté le top 10 dans le classement 2016, mais quatre autres villes indiennes s’y étaient tristement invitées (Gwalior, Allahabad, Patna et Raipur).

Publicité

Mais pourquoi l’Inde suffoque-t-elle à ce point ? Quels sont les signes de la crise écologique qui l’ébranle ? Comment les pouvoirs tentent-ils d’y répondre ? Et qu'en est-il des citoyens qui semblent faire preuve d’une extraordinaire résilience et inventivité face à elle ?

Lors de la Cop21, New Delhi s’était engagé à porter la part des énergies renouvelables à 40 % d’ici 2030.

Ce défi est-il tenable ? L’énergie solaire est-elle une option crédible ? Peut-elle sortir de sa dépendance au charbon ? Comment répondre aux défis énergétiques qui attendent le pays ? Comment réconcilier les impératifs de développement et ceux de la de lutte contre le changement climatique ?

9 min
58 min
8 min

Crédit:

Musique de début: “+371” de Domenique Dumont (label : Antidote).

Musique de fin : "Pollution" de Fun-Da-Mental issu de l’album There shall be love (label : Nation record).

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Collaboration
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration