Photo prise le 15 avril 2020, une pancarte est vue devant le siège du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, DC.
Photo prise le 15 avril 2020, une pancarte est vue devant le siège du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, DC.
Photo prise le 15 avril 2020, une pancarte est vue devant le siège du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, DC. ©AFP - SAUL LOEB
Photo prise le 15 avril 2020, une pancarte est vue devant le siège du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, DC. ©AFP - SAUL LOEB
Photo prise le 15 avril 2020, une pancarte est vue devant le siège du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, DC. ©AFP - SAUL LOEB
Publicité
Résumé

Vendredi 21 mai, le FMI fait la proposition d'un plan de relance de 50 milliards de dollars, l'objectif serait de mettre un terme à la pandémie en accélérant les vaccinations d'ici la fin de l'année. Mais quel est le coût de ces réformes ?

avec :

Jérôme Sgard (Directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales (CERI) de Sciences Po), Jean-Marc Siroën (Professeur émérite de sciences économiques à l'université Paris-Dauphine, spécialiste d'économie internationale), Thomas Melonio (chercheur à l’AFD).

En savoir plus

Kristalina Georgieva, la directrice du FMI, présentait en mars dernier les priorités de son institution à l’occasion de son assemblée annuelle, à savoir « libérer des ressources financières » pour soutenir les défis sanitaires, économiques et sociaux. Pour ce faire, des pistes ont été avancées qui ne sont pas franchement dans la ligne libérale traditionnelle du Fonds mondial : à savoir davantage taxer les plus riches ou encore instaurer une taxation minimum des entreprises. Des conseils qui peuvent surprendre, de la part d’une institution (fondée en juillet 1944, à l’issue de la Conférence de Bretton Woods) dont la mission originelle est d’assurer la stabilité bancaire dans un système des régimes de change fixe, qui s’est progressivement retrouvée responsable de l’assistance financière aux pays en crise et qui, au fur et à mesure, est devenue le symbole de la politique d’austérité. Sauf que cette politique d’austérité n’a plus autant la cote et que la pandémie a poussé tous les pays à mettre la main à la poche pour relancer des économies nationales bien à la peine...

Alors, le FMI serait-il en train de changer ? La pandémie l’aurait-elle obligé à rompre avec la doctrine libérale ? Ou l’inflexion serait-elle plus ancienne et d’ailleurs comment a-t-il évolué depuis sa création au lendemain de la seconde guerre mondiale? Quel bilan peut-on faire de son action, que ce soit en Grèce, en Argentine, ou encore en Afrique où un plan d’aide pourrait être déployé dans les mois qui viennent ?

Publicité

Nos invités sont Jean-Marc Siroën, professeur émérite de sciences économiques à l'université Paris-Dauphine, spécialiste d'économie internationale et Jérôme Sgard, professeur d'Économie Politique à Sciences Po.

58 min

Seconde partie - Le focus du jour

Somme des économies africaines : recours aux DTS

La semaine dernière se tenait à Paris le Sommet pour les économies africaines. A l’initiative d’Emmanuel Macron, le sommet cherchait la manière de lancer un “New Deal” pour l’Afrique, pour relancer les économies africaines grandement affaiblies par la crise économique découlant de la pandémie. Il s’agissait de trouver 100 milliards de dollars pour financer la reprise économique, et répondre au manque de liquidités du continent, qui l’empêche de mettre en place de massifs plans de relance, comme on a pu le voir en Europe ou aux Etats-Unis. Parmi les solutions avancées, le recours au DTS - droit de tirage spéciaux - sorte de planche à billets du FMI, et le transfert des DTS auxquels ont droit les pays riches vers les pays africains.

Entretien avec Thomas Melonio, chercheur à l’Agence française de développement (AFD).

10 min

Une émission préparée par Bertille Bourdon. 

Références sonores

  • Extrait du discours de la présidente du FMI Kristalina Georgieva lors d’une visio-conférence en mars dernier à propos des priorités économiques et politiques du FMI dans le contexte de la pandémie (Site du FMI, 30 mars 2021) 
  • En mars 2020, Olivier Blanchard revenait au micro de Tiphaine de Rocquigny sur son scepticisme concernant le traitement de la crise grecque par le FMI en 2008 (France Culture, Entendez-vous l’éco, 27 mars 2020)
  • Le président argentin Alberto Fernandez qualifiait sa réunion avec Kristalina Georgieva le 15 mai dernier de « très franche » (France 24, 15 mai 2021) 
  • Extrait du discours d’Emmanuel Macron lors du sommet sur le financement des économies africaines à propos de l’aide apportée aux pays africains pendant la crise sanitaire (France 24, 18 mai 2021)  

Références musicales 

  • « Chromakey dreamcoat » de Boards of Canada (Label : Warp) 
  • « La Dette » de Vaudou Game (Label : Hot Casa records)
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Antoine Dhulster
Production déléguée
Benjamin Hû
Réalisation
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation