Le logo de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole)
Le logo de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ©AFP - Joe Klamar
Le logo de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ©AFP - Joe Klamar
Le logo de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ©AFP - Joe Klamar
Publicité

L’été 2022 a marqué le grand retour du prince saoudien Mohammed Ben Salmane sur la scène internationale. Mais l'espoir que cela a donné aux Occidentaux, à savoir une potentielle baisse des prix du pétrole via une hausse de la production, a été aussitôt éteint.

Avec
  • Agnès Levallois Maîtresse de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, vice-présidente de l'iReMMO (Institut de Recherche et d'études Méditerranée Moyen-Orient)
  • Francis Perrin Chercheur, spécialiste des problématiques énergétiques
  • Camille Lons chercheuse à l'International Institute for Strategic Studies

Au cœur de l’été, le président américain a effectué une tournée au Moyen-Orient et s’est rendu notamment en Arabie saoudite où il a rencontré Mohammed Ben Salmane, prince héritier du royaume saoudien, considéré par Washington comme le commanditaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. Des retrouvailles plutôt froides, mais des retrouvailles quand même avec un dirigeant que Joe Biden avait promis de traiter en paria suite à l’assassinat du dissident. Il faut dire que le monde a changé depuis et que la crise énergétique actuelle a poussé l’administration américaine à revoir sa position vis-à-vis d’un partenaire inévitable pour y faire face.

Le Moyen-Orient serait-il en train de redevenir incontournable pour traiter les affaires du monde ? Les pays du Golfe sont-ils disposés à répondre aux attentes des Occidentaux ? Rien n’est moins sûr lorsqu’on apprend que, cette semaine, les pays de l’OPEP+ ont décidé de baisser les volumes de production contrairement à ce qu’espéraient Américains et Européens...

Publicité

Pour répondre à ces questions, Florian Delorme reçoit Agnès Levallois, vice-présidente de l'iReMMO et maîtresse de conférence à la Fondation pour la recherche stratégique et Francis Perrin, directeur de recherche à l’IRIS et chercheur associé au Policy Center for the New South à Rabat.

L'analyse des deux invités permet de comprendre comment les pays du Golfe peuvent profiter de ce nouveau rapport de force issu de la guerre en Ukraine pour imposer leurs vues et revenir sur le devant de la scène internationale : "Aujourd'hui, l'Arabie Saoudite adopte ces stratégies pour montrer qu'elle mène ses propres intérêts et qu'elle arrête d'accepter les conditions posées par les pays occidentaux. Il y a vraiment une autonomisation des pays du Golfe", observe Agnès Levallois. "La baisse de production pétrole annoncée par l'OPEP est insignifiante en termes de volume mais elle est symbolique pour montrer aux Occidentaux qu'ils n'auront plus tout ce qu'ils veulent comme c'était le cas depuis plusieurs mois" ajoute Francis Perrin.

Seconde partie : le focus du jour

L'Asie : nouvel horizon énergétique et stratégique pour les pays du Golfe ?

Le ministre des affaires étrangères chinois Wang Yi rencontre le prince héritier Mohammed Ben Salmane au Palais Royal de Riyad le 24/03/21
Le ministre des affaires étrangères chinois Wang Yi rencontre le prince héritier Mohammed Ben Salmane au Palais Royal de Riyad le 24/03/21
© AFP - Bandar al-Jaloud

C’était en 2019. Alors que Mohammed Ben Salmane était devenu persona non grata dans les pays occidentaux, le dirigeant saoudien était reçu à bras ouverts en Chine pour une visite officielle au cours de laquelle les deux pays avaient loué leur rapprochement. Une relation dont le principal pilier est évidemment le pétrole dont la Chine est devenue le premier importateur mondial. En 2020 un tiers de ses importations d’énergie provenait des pays du Golfe. Les monarchies pétrolières quant à elles se réjouissent de cette demande chinoise qui leur offre de nouveaux débouchés. L’Asie est-elle le nouvel horizon stratégique et énergétique des monarchies pétrolières ?

Avec Camille Lons , chercheuse à l’IISS (International Institute for Strategic Studies).

A propos des relations Riyad-Pékin, Camille Lons affirme qu' "elles se sont beaucoup étendues ces dernières années. Une grosse partie repose sur la relation énergétique. Pour les pays du Golfe, la Chine est le premier client, et il va devenir de plus en plus important dans les années à venir."

Références sonores

  • Discours du prince héritier saoudien au sommet de Djeddah ( Youtube-16/07/22)
  • Joe Biden en visite à Djeddah ( Youtube-15/07/22)
  • [Documentaire] Voyage au cœur de la Transformation | Vision 2030 de l'Arabie Saoudite ( Youtube - 18/12/21)

Références musicales

  • "Thrown" de Kiasmos (Label : Erased tapes)
  • "Petrol blues" des Rolling Stones (album ‘Some girls’, réédition 2011, bonus)

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Léa Capuano
Production déléguée
Bertille Bourdon
Collaboration
Barthélémy Gaillard
Collaboration