Des manifestants de Black Lives Matter après les funérailles de Stephon Clark, le 29 mars 2018 à Sacramento.
Des manifestants de Black Lives Matter après les funérailles de Stephon Clark, le 29 mars 2018 à Sacramento.
Des manifestants de Black Lives Matter après les funérailles de Stephon Clark, le 29 mars 2018 à Sacramento.   ©AFP -  JUSTIN SULLIVAN / GETTY
Des manifestants de Black Lives Matter après les funérailles de Stephon Clark, le 29 mars 2018 à Sacramento. ©AFP - JUSTIN SULLIVAN / GETTY
Des manifestants de Black Lives Matter après les funérailles de Stephon Clark, le 29 mars 2018 à Sacramento. ©AFP - JUSTIN SULLIVAN / GETTY
Publicité
Résumé

Rongée par les violences raciales et la prolifération des armes à feu, la police américaine semble avoir la gâchette facile quand il s’agit de jeunes afro-américains. D'où viennent ces violences raciales ? Sont-elles inhérentes à l'institution policière ? Les polices américaines sont-elles racistes?

avec :

Didier Combeau (politologue spécialiste des Etats-Unis, chercheur associé à l'Institut des Amériques), Anne Dissez (Ancienne journaliste et correspondante en Afrique du Sud pour RFI, La Croix et Africa 1), Audrey Célestine (Maître de conférences en sociologie politique et études américaines, à l'université de Lille.).

En savoir plus

Michael Brown, Freddie Gray, Eric Garner, Ramarley Graham, Stephon Clark, Alton Sterling, Jordan Edwards... La liste des noirs ayant perdu la vie lors d’une “bavure policière” est tristement longue. Souvent, la raison est aussi tristement évidente : les noirs sont considérés, a priori, comme « coupables ». Cette suspicion s’est illustrée récemment, en novembre 2018, avec l’histoire de Jemel Roberson, agent de sécurité - noir - abattu par un policier alors qu’il avait neutralisé un forcené en attendant les forces de l’ordre :

« Il a vu un homme noir avec une arme et il l’a tué »

Publicité

Ces dernières années, les Etats-Unis ont connu une recrudescence du nombre de personnes qui ont perdu la vie sous les balles de policiers. 987 personnes en 2017 (contre 963 en 2016 et 995 en 2015 selon le Washington Post). Parmi eux, 22% était des hommes noirs alors qu’ils ne représentent que 13% de la population. Autrement dit, aux Etats-Unis, la probabilité pour une jeune afro-américain de se faire tirer dessus est 5 fois plus grande que pour un blanc.

59 min

Comment comprendre la violence des policiers américains ? La police américaine est-elle raciste ? Ou faut-il aller chercher les racines de cette violence bien plus profondément dans les entrailles de la société elle-même ? La mixité raciale au sein des effectifs peut-elle changer les choses ?

"La mixité au sein des effectifs de police n'est pas aussi efficace qu'on pourrait le penser : les Noirs intègrent effectivement une forme de culture de la discrimination sociale et raciale." Didier Combeau 

Une émission préparée par Maïlys André. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Maïlys André
Collaboration
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation