Des milliers de personnes ont manifesté pour marquer le deuxième anniversaire du mouvement de protestation "Hirak" à Alger le 22 février 2021.
Des milliers de personnes ont manifesté pour marquer le deuxième anniversaire du mouvement de protestation "Hirak" à Alger le 22 février 2021.
Des milliers de personnes ont manifesté pour marquer le deuxième anniversaire du mouvement de protestation "Hirak" à Alger le 22 février 2021. ©AFP - RYAD KRAMDI
Des milliers de personnes ont manifesté pour marquer le deuxième anniversaire du mouvement de protestation "Hirak" à Alger le 22 février 2021. ©AFP - RYAD KRAMDI
Des milliers de personnes ont manifesté pour marquer le deuxième anniversaire du mouvement de protestation "Hirak" à Alger le 22 février 2021. ©AFP - RYAD KRAMDI
Publicité
Résumé

Retour de Turquie, où l’autoritarisme grandissant d’Erdogan se heurte à la résistance des étudiants. Puis une discussion autour du deuxième anniversaire du Hirak et des manœuvres avancées par le président algérien, Abdelmadjid Tebboune.

avec :

Amel Boubekeur (Sociologue et chercheuse invitée au programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à l'ECFR), Luis Martinez (politiste et spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient, directeur de recherche au CERI. Ses recherches portent sur l’Etat au Maghreb, la démocratisation, l’islamisme et la rente pétrolière.), Marc Semo (correspondant diplomatique du Monde), Delphine Minoui (journaliste, grand reporter).

En savoir plus

Première partie - Retour de Turquie

Le 1er janvier dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan créait la surprise en nommant par décret un nouveau recteur de l’Université du Bosphore, Melih Bulu, un professeur proche de l’AKP. Les enseignants et les élèves de cette prestigieuse université, anglophone et connue pour son indépendance politique, se mobilisent dès cette annonce pour ne pas se laisser imposer un pion du pouvoir à leur tête. 

La répression est très dure, des centaines d’étudiants sont arrêtés, et plus largement stigmatisés : qualifiés de “terroristes, de dégénérés LGBT”, tout est bon pour les disqualifier dans l’opinion publique. Car, au-delà de cette nomination, c’est une résistance à l’autoritarisme grandissant d’Erdogan qui se déroule dans les rues d’Istanbul. Son projet politique - nationaliste et religieux- se heurte à une partie de la jeunesse turque.

Publicité

Avec Delphine Minoui, correspondante du Figaro à Istanbul. Ses articles sont à retrouver sur ici, le site du Figaro

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'exprime lors d'une réunion du groupe parlementaire le 27 janvier 2021 à la Grande Assemblée nationale de Turquie (GNAT) à Ankara.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'exprime lors d'une réunion du groupe parlementaire le 27 janvier 2021 à la Grande Assemblée nationale de Turquie (GNAT) à Ankara.
© AFP - Adem ALTAN

Seconde partie - Hirak, deux ans après : Tebboune à la manœuvre

Le président Tebboune vient d’annoncer la dissolution du parlement et l’organisation d’élections anticipées avant l’été, procédant également à un remaniement de son gouvernement et libérant même des prisonniers politiques.

Que cherche Abdelmadjid Tebboune ? Joue-t-il la carte de l’apaisement et de l’ouverture ? Ou, au contraire, prépare-t-il une reprise en main du pouvoir ?

Une conversation en compagnie de Luis Martinez, politiste et spécialiste du Maghreb et Moyen-Orient, directeur de recherche au Ceri Sciences Po et Amel Boubekeur, chercheuse associée à l’ECFR (European Council on Foreign Relations). 

À réécouter : Grands rassemblements en Algérie pour les deux ans du Hirak

Référence sonore 

Références musicales 

  • « Deniz Dalgasiz Olmaz de Derya Yildrim & Grup Simsek (Label : Bongo Joe records)
  • Chanson sur le Hirak sortie le 22 février dernier sur Youtube (pas d’auteur-compositeur crédité)

Une émission préparée par Bertille Bourdon et Antoine Dhulster.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation