Vladimir Poutine, alors Premier ministre de la Russie, et le PDG du géant gazier russe Gazprom, Alexei Miller, lancent un gazoduc Sakhalin-Khabarovsk-Vladivostok dans la ville russe de Vladivostok, le 8 septembre 2011. ©AFP - ALEXEY DRUZHININ / POOL
Vladimir Poutine, alors Premier ministre de la Russie, et le PDG du géant gazier russe Gazprom, Alexei Miller, lancent un gazoduc Sakhalin-Khabarovsk-Vladivostok dans la ville russe de Vladivostok, le 8 septembre 2011. ©AFP - ALEXEY DRUZHININ / POOL
Vladimir Poutine, alors Premier ministre de la Russie, et le PDG du géant gazier russe Gazprom, Alexei Miller, lancent un gazoduc Sakhalin-Khabarovsk-Vladivostok dans la ville russe de Vladivostok, le 8 septembre 2011. ©AFP - ALEXEY DRUZHININ / POOL
Publicité
Résumé

China Mobile, Tata, JBS, Gazprom... Ces multinationales qui intègrent les marchés étrangers ne sont pas originaires des pays dits du "Nord" mais de Chine, d'Inde, du Brésil ou de Russie. Ces multinationales sont-elles des vecteurs de développement ? Servent-elles des intérêts politiques nationaux ?

avec :

Joël Ruet (économiste au CNRS et président du think tank The Bridge Tank.), Thierry Pouch (économiste, chef du service études et prospectives de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture à Paris, et chercheur associé au laboratoire Regards de l'Université de Reims Champagne Ardenne), Catherine Locatelli (Chargée de recherche CNRS, rattachée à l’Université de Grenoble, spécialiste des industries pétrolière et gazière de la Russie).

En savoir plus

Alors que les multinationales des pays du nord ont longtemps dominé le paysage économique mondialisé, les multinationales des pays émergents ne nous ont occupés en Europe, qu’à l’occasion d’un rachat ou d’une restructuration, prétexte aux licenciements et aux déplorations.

Pourtant, ces entreprises ont été et sont encore au cœur du bouleversement du paysage mondial que constitue le phénomène de l’émergence.

Publicité

Au début des années 1990, à peine 8% des firmes multinationales étaient issues des pays développés, 10 ans plus tard, au début des années 2000, les pays en développement comptaient près de 30% de l’ensemble des multinationales et c’est encore plus aujourd’hui. Une véritable révolution dans le processus de globalisation.

Comment ces firmes se sont-elles internationalisées? Leur processus d’ouverture au reste du monde est-il comparable à ce qui s’est fait avec les grandes multinationales historiques, celles des pays du Nord?

Quel rapport à la puissance publique, dans quelle mesure ces Etats – la Chine, l’Inde, le Brésil ou encore la Russie - ont utilisé ces multinationales pour mener à bien leur entrée - ou leur retour sur la scène – internationale ? 

Les multinationales auraient-elles finalement une nationalité ? Seraient-elles pour certains pays un vecteur efficace de développement ? Et enfin, comment ces multinationales émergentes redessinent-elles la globalisation ? 

Une émission préparée par Marguerite Catton et Lea Sabourin.