Bannière appelant au boycott de la Coupe du Monde 2022 du Qatar lors d’un match de la Coupe allemande (DFB Pokal) à Moenchengladbach le 27 octobre 2021.
Bannière appelant au boycott de la Coupe du Monde 2022 du Qatar lors d’un match de la Coupe allemande (DFB Pokal) à Moenchengladbach le 27 octobre 2021.
Bannière appelant au boycott de la Coupe du Monde 2022 du Qatar lors d’un match de la Coupe allemande (DFB Pokal) à Moenchengladbach le 27 octobre 2021. ©AFP - Ina Fassbender
Bannière appelant au boycott de la Coupe du Monde 2022 du Qatar lors d’un match de la Coupe allemande (DFB Pokal) à Moenchengladbach le 27 octobre 2021. ©AFP - Ina Fassbender
Bannière appelant au boycott de la Coupe du Monde 2022 du Qatar lors d’un match de la Coupe allemande (DFB Pokal) à Moenchengladbach le 27 octobre 2021. ©AFP - Ina Fassbender
Publicité
Résumé

Quelle est la diplomatie sportive de la France, alors que les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football sont organisés par la Chine et le Qatar, des régimes aussi puissants que décriés ?

avec :

Lukas Aubin (Docteur en études slaves et spécialiste de la géopolitique de la Russie et du sport, membre du Centre de recherches pluridisciplinaire multilingues de Paris Nanterre), Carole Gomez (Directrice de recherche à l’Iris, spécialiste du sport dans les relations internationales, co-auteure du rapport "quand le foot s’accorde au féminin"), Christophe Lepetit (Économiste du sport).

En savoir plus

Du scandale des ouvriers asiatiques morts sur les chantiers qataris à la persécution des Ouïghours en Chine, Doha et Pékin se sont attirés les foudres de l’Occident. Les Etats-Unis, suivis par la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou encore la Lituanie ont annoncé début décembre qu’ils n’enverraient pas de représentants politiques pour accompagner leurs délégations d’athlètes présents aux Jeux Olympiques. Un boycott diplomatique appelé de leurs vœux par plusieurs élus français, sans que Paris n’ait affirmé de position claire sur le sujet.

Pourquoi la France reste-t-elle en retrait sur cette question hautement symbolique ? Dans quelle mesure l’Elysée est-il en mesure d’envoyer un message à des régimes certes décriés mais très implantés économiquement en France ? Fraîchement nommée à la présidence de l’Union européenne, peut-elle fédérer les Etats membres autour d’une position diplomatique commune ? Et enfin, le boycott diplomatique et la diplomatie sportive sont-ils des armes efficaces pour servir les intérêts de la France ?

Publicité

Une des raisons qui complique l’hypothèse du boycott des JO est : Paris a-t-elle vraiment envie d’avoir, pendant les six prochains mois de la présidence tournante de l’Union Européenne, un agenda qui va être uniquement consacré à une relation sino-européenne saturée ? Carole Gomez

Aujourd’hui, il est beaucoup plus efficace d’être présent lors de l’évènement qu’absent. (…) On peut tout à fait imaginer que toutes les équipes seront présentes à la Coupe du Monde 2022, mais qu’au détour d’un maillot, d’une émission ou de supporters présents sur le territoire qatari, on voie des symboles. Lukas Aubin

Florian Delorme s'entretient avec Carole Gomez, directrice de recherche à l’IRIS et Lukas Aubin, docteur en géopolitique et spécialiste du sport et de la Russie, membre du Centre de recherches pluridisciplinaire multilingues de Paris Nanterre.

Seconde partie : le focus du jour 

Football : face aux capitaux chinois, résistances et numéros de charme sur les pelouses françaises

Kylian MBappe arborant un maillot en mandarin pour célébrer le Nouvel An Chinois lors d’un match PSG contre le FC Girondins à Paris le 9 février 2019.
Kylian MBappe arborant un maillot en mandarin pour célébrer le Nouvel An Chinois lors d’un match PSG contre le FC Girondins à Paris le 9 février 2019.
© AFP - FRANCK FIFE

Alors que des acteurs de la société civile française appellent au boycott des JO de Pékin, le monde du sport reste divisé sur l’influence chinoise au sein du football français. Déjà propriétaire de deux clubs de Ligue 2 et de parts de capital de grands clubs de Ligue 1 via ses entreprises, l’Etat chinois compte sur l’importation du savoir-faire footballistique français pour devenir une puissance du ballon rond. Mais si ces ambitions sont soutenues par des instances comme la Ligue Professionnelle de Football, qui y trouvent leur compte, la tentation chinoise ne fait pas l’unanimité. Comment se manifeste la sinisation du football français ? Quelles sont les faveurs françaises dont elle bénéficie et quelles résistances rencontre-t-elle ? 

Aujourd’hui, la Chine s’intéresse au football de manière différente : accueillir une Coupe du monde de football l’intéresse, mais elle a aussi envie d’y briller, d’être compétitive. Elle est plutôt partie dans l’idée de développer ses propres footballeurs. Christophe Lepetit

Avec Christophe Lepetit, économiste du sport au Centre de Droit et d'Economie du Sport de Limoges (CDES).

Références sonores

  • En décembre dernier, Jen Psaki annonçait un boycott diplomatique aux prochains Jeux de Pékin afin de dénoncer le « génocide » en cours dans la province du Xinjiang (Euronews, 06 décembre 2021)
  • Jean-Michel Blanquer annonçait l’absence de boycott diplomatique français le 9 décembre dernier chez nos confrères de RMC (RMC, 09 décembre 2021)
  • En réponse, Zhai Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, se moque des décisions de « politiciens » qui n’ont pas à interférer dans la compétition sportive (Euronews, 07 décembre 2021)
  • En mars 2021, Øyvind Alapnes, le dirigeant du club de Tromsø en Norvège voulait persuader la fédération de football norvégienne de boycotter la Coupe du Monde au Qatar (Twitter, 25 mars 2021)
  • Extrait de la vidéo des vœux de Nouvel An Chinois par des membres du club de l’OL en 2019, notamment Nabil Fékir, Wendie Renard et Ada Hegerberg (Vidéo de l’OL, 04 février 2019)

Références musicales

  • « Brandon » de Manitoba (Label : Leaf)
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Tina Iung
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation