Joshua Wong ©AFP - Pilip Fong
Joshua Wong ©AFP - Pilip Fong
Joshua Wong ©AFP - Pilip Fong
Publicité
Résumé

Joshua Wong fut l'un des leaders de la "Révolution des Parapluies" à Hong Kong en 2014. Aujourd'hui âgé de 22 ans l'étudiant pro-democratie attend son procès et continue de militer.

avec :

Dorian Malovic (Chef du service « Asie » au quotidien La Croix, auteur de "Le Monde selon Kim Jong-un"), Stéphane Corcuff (spécialiste du monde chinois, maître de conférences à Sciences-Po Lyon.), Jean-Philippe Béja (sinologue, politologue, directeur de recherche émérite au CNRS et chercheur au Centre d'études et de recherches internationales (CERI/Sciences Po).).

En savoir plus

C’est un jeune homme qui donne l’impression d’être à peine sorti de l’adolescence. Avec sa coupe au bol, ses lunettes noires et son petit air de premier de la classe, Joshua Wong n’a pas le physique d’un leader capable de faire trembler le super-Etat chinois. 

Et pourtant, ce jeune hongkongais est devenu l’une des bêtes noire du régime. Depuis 2014, il est l’un des visages et l’un des porte-parole de la révolution dite « des parapluies ». Une vaste mobilisation pour protester contre une tentative de Pékin de prendre la main sur les institutions démocratiques locales.

Publicité

On se souvient des images de cette foule occupant les places et les artères de la ville durant près de 80 jours. 

Quatre ans an plus tard, de nombreux militants du mouvement sont en prison ou en cours de procès. 

Joshua Wong, lui, a finalement été libéré après plusieurs mois de prison. Il attend son prochain procès fixé pour le 3 avril 2019. En attendant, il a créé son parti « Demosisto » et entend bien poursuivre le combat.

Que nous dit l’histoire de Joshua Wong de la résistance d’un petit territoire au cœur même de l’empire chinois ? Que nous dit-elle des aspirations démocratiques d’une génération ? Quels échos avec d’autres mobilisations dans la région ? 

Références

L'équipe

Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation