Mohammed Ben Salmane à Londres, le 7 mars 2018
Mohammed Ben Salmane à Londres, le 7 mars 2018
Mohammed Ben Salmane à Londres, le 7 mars 2018 ©AFP - Alberto Pezzali / NurPhoto
Mohammed Ben Salmane à Londres, le 7 mars 2018 ©AFP - Alberto Pezzali / NurPhoto
Mohammed Ben Salmane à Londres, le 7 mars 2018 ©AFP - Alberto Pezzali / NurPhoto
Publicité
Résumé

Depuis l’arrivée de MBS aux rennes de l'Arabie saoudite, le prince héritier n’hésite pas à exaspérer les oulémas du pays en multipliant les réformes libérales : les femmes peuvent conduire, des salles de cinéma ouvrent... Alors où en est la relation entre Etat et religion en Arabie Saoudite ?

avec :

Fatiha Dazi-Héni (Chercheuse en sciences politiques à l’Institut de recherche stratégique de l’école militaire (IRSEM), spécialistes des questions de sécurité dans le Golfe), Bernard Haykel (directeur de l’Institut international d’étude du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord à l’Université de Princeton, spécialiste de l’islam politique dans la péninsule arabique.), Laurent Bonnefoy (Politologue spécialiste de la péninsule arabique. Chargé de recherche au CNRS, au CERI et au centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (CEFAS), auteur notamment de Le Yémen, de l’Arabie heureuse à la guerre (Fayard)).

En savoir plus

Mohammed Ben Salman, l’homme fort du régime saoudien, et réformateur audacieux; un dirigeant qui pourrait revoir la manière dont s’articulent le pouvoir politique et le pouvoir religieux depuis plus de 250 ans.

En effet, en 1744, Mohammed ibn Abdelwahhab, théologien, considéré comme le père du wahhabisme, et Mohammed ibn Saoud avaient passé un pacte - dit de Dariya - organisant la répartition des pouvoirs entre la dynastie des Saoud et le clergé wahhabite, permettant ainsi l’émergence de l’émirat de Dariya, le premier Etat saoudien.

Publicité

Depuis, les Saoud se transmettent le trône, entre frères, de génération en génération, alors que les descendants d’ ibn Abdelwahhab contrôlent les principaux postes religieux, l’immamat des grandes mosquées, la magistrature, l’enseignement. 

Pourtant, l’arrivée au pouvoir de Mohammed Ben Salmane pourrait chambouler les choses et l’establishment religieux pourrait bien voir son pouvoir remis en cause. Multipliant les annonces de réformes libérales, n’hésitant pas à s’en prendre aux oulémas, le prince héritier semble déterminé à transformer son pays en profondeur allant même jusqu’à remettre en question l’identité wahhabite de son pays. « Q_u’est-ce que le Wahhabisme ? Personne ne peut définir ce wahhabisme_ » a-t-il répliqué au journaliste du magazine américain The Atlantic il y a quelques jours. 

Alors jusqu’où ira le nouveau prince Saoudien ? Quel sera la réaction de l’establishment religieux ? Le wahhabisme traditionnel va-t-il laisser place à un néo-wahhabisme plus moderne ? Et à quoi pourrait-il ressembler ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Extraits sonores :

Extrait du documentaire « Arabie Saoudite, les liaisons dangereuses » de Julie Lerat, diffusé sur France 5, 28 mars 2017).

Extrait du discours de Mohammed Ben Salmane lors de la conférence « Futur Investment Initiative ».

Crédits musicaux :

« Surabia » de Mattia (label : Versatile).

« King’s dead » interprété par Kendrick Lamar tiré de la B.O. du film « Black Panther » (label : Aftermath/Interscope).

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration