La crise migratoire aura-t-elle raison des droits de l’homme ?

Le bateau Aquarius transportait 629 migrants qui ont été accueillis par l'Espagne après le refus de l'Italie et de Malte et le silence de la France
Le bateau Aquarius transportait 629 migrants qui ont été accueillis par l'Espagne après le refus de l'Italie et de Malte et le silence de la France ©AFP - KENNY KARPOV / SOS MEDITERRANEE
Le bateau Aquarius transportait 629 migrants qui ont été accueillis par l'Espagne après le refus de l'Italie et de Malte et le silence de la France ©AFP - KENNY KARPOV / SOS MEDITERRANEE
Le bateau Aquarius transportait 629 migrants qui ont été accueillis par l'Espagne après le refus de l'Italie et de Malte et le silence de la France ©AFP - KENNY KARPOV / SOS MEDITERRANEE
Publicité

En première partie, nous recevons Marine Pradel qui s'est penchée sur la question des opposants turcs exilés en Allemagne. En seconde partie, place aux droits humains alors que les scandales de l'Aquarius et des centres de rétention pour enfants aux Etats-Unis indigne la scène internationale.

Avec
  • Bertrand Badie Politiste, spécialiste des relations internationales
  • Marine Pradel journaliste et réalisatrice indépendante basée à Beyrouth depuis 2013
  • Rony Brauman Ancien président de Médecin sans frontières
  • Marc Semo Correspondant diplomatique du Monde

De plus en plus, les crises migratoires révèlent le refus d’une partie de nos sociétés à accueillir les migrants et les réfugiés. On l’a encore vu très récemment, ici en Europe, avec l’affaire de l’Aquarius, un bateau humanitaire qui a eu tant de mal à trouver un port d’accueil, le gouvernement italien s’y refusant, et le nouveau gouvernement espagnol de Pedro Sanchez finissant par l’accepter.  

On constate clairement que, de plus en plus, les pays craignent les réactions de leurs opinions publiques et se soustraient au devoir de solidarité quitte à piétiner allègrement les valeurs et les principes qui charpentent le projet européen.

Publicité

On le voit également aux Etats-Unis, une terre traditionnellement ouverte aux migrants et qui, désormais, s’en protège allant même jusqu’à séparer les familles de migrants clandestins – même si Donald Trump a finalement fait machine arrière en signant un décret interdisant la mise à l’écart des enfants de migrants illégaux.

Par ailleurs, Washington a également décidé cette semaine de claquer la porte du conseil des droits de l’homme de l’ONU. Tout un symbole lorsque l’on sait ce que fut le rôle des Etats-Unis dans l’élaboration de la Déclaration des droits de l’homme, l’une de ses architectes en chef fut Eleonor Roosvelt, grande militante des droits civiques aux USA, et accessoirement épouse Franklin Roosevelt.

Alors la crise migratoire signera-t-elle la mort de ces grands principes ? Les droits de l’homme vont-ils faire les frais de la peur de l’autre ? Jusqu’où le droit humanitaire sera-t-il malmené par la vague migratoire ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny et Samuel Bernard.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Crédits musicaux :

« Çiçekler_ekiliyor » d’Altin Gün (label : Bongo Joe)

« J’ai suivi beaucoup de chemins » de Colette Magny (label : Versailles) 

L'équipe