Emmanuel Macron accueilli par le Prince Mohammed bin Zayed al-Nyan à la Dubai Expo, lors du premier jour de son tour du Golfe le 3 décembre 2021.
Emmanuel Macron accueilli par le Prince Mohammed bin Zayed al-Nyan à la Dubai Expo, lors du premier jour de son tour du Golfe le 3 décembre 2021. ©AFP - Thomas SAMSON
Emmanuel Macron accueilli par le Prince Mohammed bin Zayed al-Nyan à la Dubai Expo, lors du premier jour de son tour du Golfe le 3 décembre 2021. ©AFP - Thomas SAMSON
Emmanuel Macron accueilli par le Prince Mohammed bin Zayed al-Nyan à la Dubai Expo, lors du premier jour de son tour du Golfe le 3 décembre 2021. ©AFP - Thomas SAMSON
Publicité

Après une première étape au Pakistan, où le groupe islamiste Tehreek-e-Labbaik Pakistan multiplie les manifestations anti-françaises, direction les pays du Golfe, où Emmanuel Macron entame une visite express mais déterminante.

Avec
  • Solène Chalvon-Fioriti Journaliste indépendante
  • Anne Gadel Consultante, membre de l’Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation Jean Jaurès.
  • Stéphane Lacroix Professeur associé à l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po, chercheur au CERI
  • Marc Semo Correspondant diplomatique du Monde

Première partie - Retour du Pakistan

Partisans de Saad Rizvi, le chef du Tehreek-e-Labbaik Pakistan, rassemblés pour l’anniversaire de la mort du père de Saad Rizvi à Lahore, le 21 novembre 2021.
Partisans de Saad Rizvi, le chef du Tehreek-e-Labbaik Pakistan, rassemblés pour l’anniversaire de la mort du père de Saad Rizvi à Lahore, le 21 novembre 2021.
© AFP - Arif ALI

Le 31 octobre, le Premier ministre pakistanais Imran Khan signait un accord retirant l’interdiction qui planait sur le TLP, Tehreek-e-Labbaik Pakistan, interdiction qu’il avait lui-même décidée au printemps. Sous la pression de ce groupe islamiste radical, soufi d’obédience barelvi, dont les membre menaçaient de marcher sur Islamabad, il a cédé et libéré plus d’un millier de ses adeptes, notamment leur chef, Saad Hussein Rizvi, fils du fondateur du mouvement. Depuis 2015, le TLP exerce un très fort pouvoir de nuisance par le blocage de services publics et d’énormes manifestations violentes, notamment dirigées contre la France, depuis qu’Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature, dans le sillage des attentats contre Charlie Hebdo. On se souvient que les attaques perpétrées à l’ancienne adresse du journal, contre deux journalistes de Premières Lignes, en septembre 2020, étaient le fait d’un jeune pakistanais se réclamant de ce groupe et déterminé à “venger le prophète” et défendre son honneur en attaquant toute personne désignée coupable de blasphème. Solène Chalvon Fioriti, alors correspondante au Pakistan, a enquêté sur ce mouvement. 

Khadim Hussein Rizvi a énormément fait pour la popularité du TLP (Tehreek-e-Labbaik Pakistan) car il avait un charisme exceptionnel. C’est un homme qui s’est complètement affranchi d’une règle qui fait normalement foi au Pakistan, et qui interdit de prêcher la haine publiquement. Solène Chalvon-Fioriti

Publicité

Avec Solène Chalvon Fioriti, journaliste indépendante. Son reportage est à retrouver dans le numéro d'automne de la Revue XXI.

Seconde partie - Table ronde d'actualité internationale

Ce vendredi 3 décembre, le Président Emmanuel Macron se lance dans une visite diplomatique en trois temps : Emirats Arabes Unis, Qatar et Arabie Saoudite. Bien que condensé sur une durée de deux jours, ce parcours est semé d'enjeux commerciaux et politiques de taille. 

La lutte contre le terrorisme vue des Emirats Arabes Unis est très large, la moindre forme de contestation politique y est facilement décrite comme du terrorisme. Dès lors, en faisant mine de s’accorder sur des grands slogans comme la lutte contre le terrorisme (…), on valide la définition éminemment problématique que les Emirats donnent du terrorisme. Stéphane Lacroix

Ce que Macron espère de cette rencontre avec MBS [Mohammed ben Salmane], c’est de profiter de ce momentum actuel, avec un désengagement américain qui est mal perçu dans la région du Golfe, pour essayer d’aller annoncer des contrats et de renforcer le partenariat avec l’Arabie Saoudite. Anne Gadel

Florian Delorme reçoit Stéphane Lacroix, professeur associé à l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) et chercheur au CERI et Anne Gadel, spécialiste des pays du Golfe, membre de l’Observatoire Afrique du Nord-Moyen Orient de la Fondation Jean-Jaurès.

Le dessin du jour

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références musicales

  • « Amaro Porano » de la chanteuse Wajiha Naqvi
  • « 2ahwe Sade Ft. Rim Banna » du rappeur palestinien OrTeGa, installé à Dubaï

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Bertille Bourdon
Collaboration
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation