Donald Trump s'adresse à la coalition internationale contre l'Etat islamique, Washington le 6 février
Donald Trump s'adresse à la coalition internationale contre l'Etat islamique, Washington le 6 février ©AFP - Brendan Smialowski
Donald Trump s'adresse à la coalition internationale contre l'Etat islamique, Washington le 6 février ©AFP - Brendan Smialowski
Donald Trump s'adresse à la coalition internationale contre l'Etat islamique, Washington le 6 février ©AFP - Brendan Smialowski
Publicité

En première partie, nous revenons du Cambodge avec Arnaud Vaulerin, journaliste pour Libération. En seconde partie, nous mettons le cap sur le Moyen-Orient. Alors que Trump a annoncé un retrait des troupes étasuniennes en Syrie, qui profitera de cette nouvelle politique sécuritaire?

Avec
  • Arnaud Vaulerin journaliste pour Libération
  • Alexandra de Hoop Scheffer Senior vice-présidente pour les questions géopolitiques au German Marshall Fund of the United States
  • Marc Semo Correspondant diplomatique du Monde
  • Ziad Majed chercheur et politiste franco-libanais, professeur à l'Université américaine de Paris

Cette semaine, Washington accueillait la Conférence internationale des pays membres de la coalition - composée de 74 pays - qui lutte contre l'Etat islamique depuis 2014.

Dans une allocution, Donald Trump prédisait la « libération imminente » de l’intégralité des territoires anciennement contrôlés par les djihadistes. Il a affirmé que « l'annonce formelle que nous avons repris 100% du califat devrait intervenir la semaine prochaine ».

Publicité

Une nouvelle donne ?

Le retrait des forces spéciales enlève ce rôle de zone tampon que les Etats-Unis jouaient entre les forces régionales et internationales. Alexandra de Hoop Scheffer

Alors quel sera l’avenir de cette coalition si l'EI n’est plus une menace ? Faut-il comprendre que, désormais, il ne faudra plus compter sur les États-Unis ?

Le retrait des troupes annoncé par Donald Trump en décembre dernier va-t-il se faire comme annoncé initialement ? ou va-t-il subir quelques adaptations ? Ce désengagement préfigure-t-il d’un retour en force de l'EI ? À qui profitera la politique sécuritaire de Trump au Moyen-Orient ?

Une émission préparée par Mélanie Chalandon.

Le rêve de Mike Pompéo est de voir apparaître une sorte d'OTAN arabe. Alexandra de Hoop Scheffer

Ce retrait pousse d'autres puissances à être encore plus interventionnistes, agressives. Cela enclenche des mouvements et des incursions qui ne vont faire que se renforcer. Alexandra de Hoop Scheffer

Même si les Russes sont apaisés par cette annonce, ils disent qu'ils ne la prennent pas tout à fait au sérieux. Ziad Majed

Entre Turcs, Russes et Iraniens il y a beaucoup de négociations aujourd'hui. Ziad Majed

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Extrait sonore :

- Donald Trump indique que les territoires encore détenus par le Groupe islamique en Syrie et en Irak sont sur le point d'être tous repris (Euronews, 7 février 2019)

Extraits musicaux :

- Kal Khyom Nov Pi Kromom de la chanteuse cambodgienne Sreyleak (label : Believe Music) 

- Momken Bokra du groupe Kabreet, d’origine syrienne et réfugié au Liban 

11 min

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Collaboration
Samuel Bernard
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation