Une femme trie la terre remplie de cobalt extraite de la mine de Lubumbashi, en République Démocratique du Congo
Une femme trie la terre remplie de cobalt extraite de la mine de Lubumbashi, en République Démocratique du Congo
Une femme trie la terre remplie de cobalt extraite de la mine de Lubumbashi, en République Démocratique du Congo ©AFP - FEDERICO SCOPPA
Une femme trie la terre remplie de cobalt extraite de la mine de Lubumbashi, en République Démocratique du Congo ©AFP - FEDERICO SCOPPA
Une femme trie la terre remplie de cobalt extraite de la mine de Lubumbashi, en République Démocratique du Congo ©AFP - FEDERICO SCOPPA
Publicité
Résumé

Cuivre, or, cobalt, zinc... le Congo - Kinshasa est une mine à ciel ouvert mais cette richesse des sols profite rarement à la population congolaise malgré les réformes du code minier. Alors, entre multinationales, Etats et population, comment se répartissent les bénéfices de l'extraction ?

avec :

Bonnie Campbell (professeure d’économie politique au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), directrice du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA).), Benjamin Rubbers (professeur en anthropologie à l'Université de Liège et maître de conférences à l'Université libre de Bruxelles. Il dirige actuellement un projet de recherche sur l'emploi dans le secteur minier au Congo et en Zambie.), Claire Levacher (anthropologue, post-doctorante à l'Institut agronomique calédonien (IAC).).

En savoir plus

En République démocratique du Congo, le sol est riche de ressources minières : or, cuivre, cobalt, étain, argent, manganèse, plomb, zinc, coltan. La liste des précieux minerais est longue, et pourtant, à en croire l’indice de développement du pays classé 176e sur 187 par le programme de développement des Nations-Unis en 2016, cette richesse ne profite guère à la population congolaise.

Entre multinationales prédatrices, entreprises publiques douteuses, contrats louches et corruption politique, le secteur minier fuit de toutes parts.

Publicité

Alors que la colère gronde dans le pays et que les manifestants réclament le départ du président Joseph Kabila au pouvoir depuis 17 ans, alors que le code minier fait l’objet d’une tentative de réforme, les ressources naturelles du pays s’imposent comme le premier outil du développement, un outil largement confisqué par le pouvoir.

Alors comment s’organisent le secteur minier et sa fiscalité ? Comment se répartissent ces revenus au sein de l’Etat ? Comment pourrait-on assurer une répartition plus juste des revenus du sous-sol ? 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Crédits musicaux:

Musique du début : « Tokoliana » du collectif Kokoko !

Musique de fin : « Metal Heart » de Cat Power (label : Matador).

Une émission préparée par Marguerite Catton.