Le chancelier allemand Olaf Scholz lors d’une conférence de presse avec le Président Emmanuel Macron à Bruxelles le 17 décembre 2021. ©AFP - JOHN THYS / POOL
Le chancelier allemand Olaf Scholz lors d’une conférence de presse avec le Président Emmanuel Macron à Bruxelles le 17 décembre 2021. ©AFP - JOHN THYS / POOL
Le chancelier allemand Olaf Scholz lors d’une conférence de presse avec le Président Emmanuel Macron à Bruxelles le 17 décembre 2021. ©AFP - JOHN THYS / POOL
Publicité
Résumé

Après une première étape au Venezuela, où la victoire du parti de Nicolas Maduro s'inscrit dans un contexte social d'accroissement des inégalités, direction l'Allemagne, afin de faire le point sur les débuts politiques d'Olaf Scholz à la chancellerie.

avec :

Benjamin Delille (Journaliste à Libération), Hans Stark (Professeur de civilisation allemande contemporaine à la Sorbonne-Université et conseiller pour les relations franco-allemandes à l’IFRI), Cornelia Woll (Professeure de science politique au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, co-directrice du centre de recherche franco-allemand Max Planck Sciences Po Center).

En savoir plus

Première partie - Retour du Venezuela

Un homme dans un bureau de vote à Caracas lors des élections régionales et municipales au Venezuela le 21 novembre 2021.
Un homme dans un bureau de vote à Caracas lors des élections régionales et municipales au Venezuela le 21 novembre 2021.
© AFP - Federico PARRA

Le 21 novembre dernier, les Vénézuéliens étaient appelés aux urnes pour élire leurs représentants régionaux. Pour la première fois depuis quatre ans, l’opposition a participé au scrutin. Malgré ce retour, le président Nicolas Maduro, dont l’élection en 2017 n’a pas été reconnue, a remporté une large victoire, remportant 20 sièges sur 23, dont la mairie de Caracas. En face, l’opposition était très divisée, malgré les appels à l‘unité de Juan Guaido, président par intérim, reconnu par une cinquantaine d’Etats. Mais son influence au sein de l’opposition, et plus largement dans le pays, est de plus en plus faible. A cela s’ajoute une crise sociale sans fin, dans un pays où les inégalités s’accroissent de plus en plus. 

Il y a deux sociétés vénézuéliennes, avec une sorte de zone tampon entre les riches qui ont des réserves depuis longtemps et ceux qui travaillent pour eux, qui vivent généralement dans les quartiers populaires et rapportent quelques dollars. Mais c’est un ruissellement qui s’arrête très vite. Benjamin Delille

Publicité

Avec Benjamin Delille, journaliste à Libération. 

Seconde partie - Table ronde d'actualité internationale 

Après plus de seize ans au pouvoir, Angela Merkel a laissé sa place. C’est donc Olaf Scholz qui prend en main la destinée de l’Allemagne.

Comme le veut la tradition, le nouveau chancelier a réservé sa première visite à l’étranger au président français. Mais il est également allé de l’autre côté, à l’Est, en Pologne, où les échanges ont été plus tendus.

Que faut-il retenir de ces premiers déplacements d’Olaf Scholz ? Que révèlent-ils de cet homme que l’on connait finalement assez peu ? À quoi pourrait ressembler sa politique alors que cet ancien ministre des finances ambitionne de porter des réformes économiques profondes ?

La situation est très compliquée pour les libéraux et les Verts : les libéraux doivent justifier auprès de leur propre électorat ce pas vers le centre gauche. Ils rappellent donc qu’ils ont obtenu le ministère des Finances (…), ce qui déplaît aux Verts qui auraient aimé beaucoup plus d’implication de l’Etat dans les réformes économiques et le tournant énergétique, et qu’ils auront du m

En matière de politique étrangère, il est difficile de faire une union comme on l’a fait au niveau économique car chaque pays a sa zone d’influence : l’Afrique semble loin à l’Allemagne de la même manière que la Pologne est voisinage pour l’Allemagne et pas pour la France. Les questions migratoires et la frontière est de l’Europe sont un très grand enjeu pour l’Allemagne. Cornelia Woll 

Florian Delorme s'entretient avec Hans Stark, professeur de civilisation allemande contemporaine à la Sorbonne et conseiller pour les relations franco-allemandes à l’Ifri et Cornelia Woll, professeure de science politique au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, co-directrice du centre de recherche franco-allemand Max Planck Sciences Po Center. 

Le dessin du jour 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références sonores

  • Olaf Scholz au congrès du SPD samedi dernier évoquant le nouveau départ pris par l’Allemagne (AFP, 11 décembre 2021)

Références musicales

  • « Machurucuto » du quartet Insólito UniVerso (Label : Olindo records)
  • « Lausitzer Platz » du duo franco-allemand Henning Specht (Label : autoproduit)
Références

L'équipe

Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Production
Bertille Bourdon
Collaboration
Barthélémy Gaillard
Collaboration
Tina Iung
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation