Le président russe Vladimir Poutine prononce son discours annuel sur l'état de la nation à l'Assemblée fédérale, au Manezh Exhibition Hall, à Moscou, le 21 avril 2021.
Le président russe Vladimir Poutine prononce son discours annuel sur l'état de la nation à l'Assemblée fédérale, au Manezh Exhibition Hall, à Moscou, le 21 avril 2021.
Le président russe Vladimir Poutine prononce son discours annuel sur l'état de la nation à l'Assemblée fédérale, au Manezh Exhibition Hall, à Moscou, le 21 avril 2021.  ©AFP - ALEXANDER NEMENOV
Le président russe Vladimir Poutine prononce son discours annuel sur l'état de la nation à l'Assemblée fédérale, au Manezh Exhibition Hall, à Moscou, le 21 avril 2021. ©AFP - ALEXANDER NEMENOV
Le président russe Vladimir Poutine prononce son discours annuel sur l'état de la nation à l'Assemblée fédérale, au Manezh Exhibition Hall, à Moscou, le 21 avril 2021. ©AFP - ALEXANDER NEMENOV
Publicité
Résumé

Dans un premier temps, retour du Soudan, deux ans après le renversement de Omar El Béchir, quelles sont les avancées du régime en transition ? Puis, mise au point sur le discours annuel de Vladimir Poutine qui invite les Occidentaux à ne pas franchir « une ligne rouge », au risque d'une riposte.

avec :

Arnaud Dubien (directeur de l’observatoire franco-russe à Moscou, chercheur associé à l’Iris), Gwenaelle Lenoir (Grand reporter indépendante, notamment pour Mediapart, Orient XXI et Marianne), Marc Semo (correspondant diplomatique du Monde), Clémentine Fauconnier (maîtresse de conférences en science politique à l’université de Haute-Alsace).

En savoir plus

Première partie - Retour du Soudan 

Il  y a deux ans, le 11 avril 2019, le dictateur Omar El Béchir était renversé par un coup d'État militaire dans le sillage d'un mouvement de révolte populaire. Quelques mois plus tard, l’armée acceptait de signer un accord avec les révolutionnaires prévoyant une période de transition de deux ans à l’issue de laquelle le pouvoir devait revenir aux civils. Si le gouvernement a accompli certaines de ses missions en signant des accords de paix avec une partie des nombreux groupes rebelles du pays, les élections, elles, ont été repoussées à 2024.  Si certains craignent que les généraux ne rentrent jamais dans leurs casernes, d’autres se félicitent des libertés déjà retrouvées.

Un entretien avec Gwenaëlle Lenoir, journaliste indépendante, notamment pour Mediapart et Orient XXI.

Publicité

Retrouvez son reportage pour Médiapart ici

Stands de livres sur le bord de la route dans la capitale soudanaise Khartoum, le 14 janvier 2021. Le gouvernement de transition soudanais libère le pays du régime islamiste.
Stands de livres sur le bord de la route dans la capitale soudanaise Khartoum, le 14 janvier 2021. Le gouvernement de transition soudanais libère le pays du régime islamiste.
© AFP - ASHRAF SHAZLY

Seconde partie - Table ronde d'actualité internationale

Pandémie, Navalny, crise sociale : Poutine imperturbable

Dans son traditionnel discours annuel à la Nation devant les parlementaires, ce mercredi 21 avril, Vladimir Poutine a affiché sa préoccupation face aux difficultés économiques et sociales rencontrées par une partie de ses concitoyens. La Russie, comme tant d’autres pays, n’échappe pas au ralentissement économique provoqué par la pandémie. Entre l'inflation, le chômage et la baisse générale des revenus, la situation préoccupe le pouvoir à quelques mois des élections législatives.  

Quant aux revendications politiques, exprimées par ces milliers de manifestants descendus dans la rue cette semaine pour réclamer la libération de l’opposant Alexeï Navalny, elles n’ont visiblement pas retenu l’attention du chef de l’Etat. Il n'a pas dit un mot sur le militant anti-corruption en grève de la faim depuis sa prison. Pourtant, son état de santé s’est fortement dégradé ces derniers jours.  

Si Vladimir Poutine est a priori assuré de rester au pouvoir jusqu'en 2036, grâce à une nouvelle disposition législative, peut-il rester sourd aux frustrations et revendications exprimées par une partie de la population ? Quelles sont les conséquences à terme de la neutralisation de toute opposition politique ? Enfin, si Navalny ne bénéficie pas d’un  soutien massif dans l’opinion publique russe, son combat contre la corruption pourrait-il faire écho aux difficultés économiques rencontrées par la classe moyenne ?

Une émission préparée par Antoine Dhulster et Bertille Bourdon. 

À réécouter : Mobilisation en Russie pour soutenir l'opposant Alexei Navalny

Références sonores

  • Extrait du discours à la Russie de Vladimir Poutine mercredi dernier et dans lequel il est notamment question d’aider financièrement les ménages avec enfants (RT, 21 avril 2021)

Références musicales 

  • « Jamil al-sourah (Le beau visage) » du chanteur Abdel Gadir Salim (Label : Institut du Monde Arabe)
  • « ничего » du groupe russe ssshhhiiittt !  (Autoproduit)
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Benjamin Hû
Réalisation
Lucas Lazo
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation