Le président du parti d'extrême droite Vox, Santiago Abascal, donne un discours lors d'un meeting à Burgos le 14 avril 2019.
Le président du parti d'extrême droite Vox, Santiago Abascal, donne un discours lors d'un meeting à Burgos le 14 avril 2019. ©AFP - CESAR MANSO
Le président du parti d'extrême droite Vox, Santiago Abascal, donne un discours lors d'un meeting à Burgos le 14 avril 2019. ©AFP - CESAR MANSO
Le président du parti d'extrême droite Vox, Santiago Abascal, donne un discours lors d'un meeting à Burgos le 14 avril 2019. ©AFP - CESAR MANSO
Publicité

Le 28 avril, les Espagnols seront appelés à renouveler les deux chambres du Parlement dans le cadre des élections générales anticipées. Depuis l'effondrement du bipartisme en 2015, les partis traditionnels perdent des voix au profit de nouveaux partis. Quels sont les nouveaux rapports de force ?

Avec
  • Hubert Peres chercheur au Centre d'études politiques de l'Europe latine (Cepel-CNRS) et professeur de science politique à l'université de Montpellier I.
  • Jean-Baptiste Harguindeguy professeur de sciences politiques à l’Université Pablo de Olavide à Séville.
  • Nacima Baron Géographe, professeure à l'université Paris Est Marne La Vallée, chercheuse au laboratoire « Ville, mobilité, transport » de l'École des Ponts ParisTech (ENPC).

Ce dimanche 28 avril les Espagnols se rendent aux urnes pour élire un nouveau Parlement. Ce sont des élections législatives anticipées convoquées par le gouvernement socialiste faute d'être parvenu à faire adopter son projet de loi finance en février dernier. 

Les gouvernements minoritaires et instables se succèdent depuis quelques années en Espagne. Alors que la droite et les socialistes se partageaient le pouvoir depuis le retour de la démocratie, il leur faut désormais composer avec de nouveaux acteurs qui comptent bien faire leur place dans le paysage politique. 

Publicité

Vox, dernier né de l’effondrement du bipartisme

Dernier arrivé dans l'arène : le parti Vox, une formation d'extrême droite qui a créé la surprise en décembre dernier lors des élections régionales en Andalousie. Déjà en 2015, c'était Podemos, un nouveau parti de gauche radicale né du mouvement des Indignés, qui avait fait sensation en remportant un peu plus de 20 % des suffrages. 

Face à cet émiettement politique, comment les partis traditionnels tentent-ils de de garder la main ? Quels sont les nouveaux rapports de force ? Le prochain gouvernement parviendra-t-il à construire une majorité stable ou bien l'Espagne est-elle condamnée à l'instabilité politique ? Quels sont donc les enjeux du scrutin de ce dimanche ? 

Une émission préparée par Maïder Gérard.

Extraits sonores :

-Discours du chef du gouvernement, Pedro Sanchez, annonçant les élections législatives du 28 avril 2019 après que son projet de budget a été retoqué au Parlement (15 février 2019, CadenaSER)

-Manifestation du parti de gauche radicale Podemos dans les rues de Madrid, le 31 janvier 2015 (El Diario.es).

-Manifestation du parti d'extrême droite, Vox, à Barcelone, le 30 mars 2019 (La Vanguardia).

-Premier discours de Francisco Serrano, président du groupe parlementaire Vox au parlement Andalou, le 16 janvier 2019 (Gran Canaria TV). 

-Ouverture du journal du 1er septembre 2018 de la RTVE sur la question du transfert de la dépouille de Franco hors de la Valle de los Caídos.

Extraits musicaux :

« Entre dos aguas », par Paco De Lucia, Label TELARC. 

« Malamente » par Rosalía.

L'équipe

Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Maïder Gerard
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation