Passation à la Commission : faux-départ : épisode 1/4 du podcast Union européenne : un nouvel élan

Bâtiment de la Commission européenne, à Bruxelles.
Bâtiment de la Commission européenne, à Bruxelles. ©AFP -  Emmanuel Dunand.
Bâtiment de la Commission européenne, à Bruxelles. ©AFP - Emmanuel Dunand.
Bâtiment de la Commission européenne, à Bruxelles. ©AFP - Emmanuel Dunand.
Publicité

Prévue pour le 1er novembre, l'entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne présidée par l'Allemande Ursula von der Leyen a été retardée d’un mois à cause du rejet des candidatures de trois Commissaires. Après ce faux-départ, comment cette dernière pourra mettre en œuvre ses ambitions ?

Avec
  • Irène Costelian correspondante à Bucarest pour Libération
  • Olivier Costa directeur de recherche CNRS au sein du Centre Émile Durkheim à l’Institut d'études politiques de Bordeaux, Directeur d’études au Collège d’Europe de Bruges.
  • Clémentine Forissier rédactrice en chef de Contexte, le journal des politiques françaises et européennes

Prévue pour le 1er novembre, l'entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne présidée par l'Allemande Ursula von der Leyen a été retardée d’un mois en raison du rejet par le Parlement européen des candidatures de trois Commissaires - Hongrois, Roumain et la Française Sylvie Goulard.

Derrière les mises en doute de la probité de ces candidats, certains critiquent un jeu politicien auquel se serait livré le Parlement européen. 

Publicité

C’est notamment le cas d’Emmanuel Macron qui a dénoncé des  stratégies de vengeance entre le trois principaux partis, le Parti Populaire Européen (PPE), les socio-démocrates du SND et Renew, le nouveau groupe centriste (auquel appartiennent les députés LRM). 

Ces recalages illustrent bien la défiance à l’égard de la nouvelle Commission, dont la présidente, Ursula von der Leyen, n’a obtenu l’aval du Parlement européen qu’à une courte majorité,  à 9 voix près,  avec le concours du PiS (parti ultra-conservateur polonais) et le Mouvement 5 étoiles italien. 

Dans ces conditions, la future Commission ne risque-t-elle pas de souffrir d’un manque de légitimité ? Comment imposer ses vues dans les dossiers essentiels pour l’avenir de l’Union ? 

Quel est le programme de cette Commission ?  Urlsula Von Der Leyen pourra-t-elle le déployer malgré un Parlement méfiant et des Etats de plus en plus repliés sur eux-mêmes ? 

Ce qui s’est passé dans l'affaire de Sylvie Goulard est en partie un règlement de compte. Clémentine Forissier 

Ce qui est intéressant de comprendre, c’est que l’affaire de Sylvie Goulard est représentative d’un Parlement européen complètement déstabilisé. Clémentine Forissier. 

D’une certaine manière, Macron s’est aussi plié à la logique du Parlement européen qui exige d’avoir un candidat qui soit  très compétent et pas seulement un candidat fortement soutenu au sein du Conseil européen. Olivier Costa 

A travers les Commissions, le Parlement européen s’assure que les candidats  soient assez compétents et vérifie leur probité.  Olivier Costa 

Rovana Plumb fait partie de ces personnages politiques roumains très controversés pour des raisons d’éthiques. Irène Costelian

L’Union européenne est réellement dans une phase de recherche de personnages éthiques. Irène Costelian

Journal de 18h
20 min

Extraits sonores : 

- Extrait du discours programmatique d’Ursula von der Leyen dans lequel elle présentait  la nouvelle commission début septembre dernier (Euronews, 11 septembre 2019)

- Sergey Lagodinsky, eurodéputé Les Verts s’exprime au nom de la commission des Affaires juridiques à propos des deux candidatures du Hongrois Laszlo Trocsanyi et la Roumaine Rovana Plumb (Euronews, 30 septembre 2019)

- L’eurodéputée libérale Anna Donath critique le candidat hongrois Laszlo Trocsanyi (Euronews, 30 septembre 2019)

- Emmanuel Macron évoque des «règlements de compte politiques » entre groupes parlementaires  (Extrait du discours officiel à Bruxelles, 18 octobre 2019)

Extraits musicaux 

- « Berlin got blurry » de Parquet Courts (label : Rough Trade records)

- Musique en tapis : « Europa » d’Automat (label : Bureau b)

Une émission préparée par Bertille Bourdon. 

L'équipe