Les leaders de l'Union africaine réunis à Addis Ababa, en Ethiopie le 9 février 2020.
Les leaders de l'Union africaine réunis à Addis Ababa, en Ethiopie le 9 février 2020.
Les leaders de l'Union africaine réunis à Addis Ababa, en Ethiopie le 9 février 2020.  - Minasse Wondimu Hailu  ANADOLU AGENCY
Les leaders de l'Union africaine réunis à Addis Ababa, en Ethiopie le 9 février 2020. - Minasse Wondimu Hailu ANADOLU AGENCY
Les leaders de l'Union africaine réunis à Addis Ababa, en Ethiopie le 9 février 2020. - Minasse Wondimu Hailu ANADOLU AGENCY
Publicité
Résumé

Le 33e sommet de l’Union africaine s’est tenu ces deux derniers jours (dimanche 9 et lundi 10) à Addis-Abeba, autour d’un ambitieux programme : « Faire taire les armes en 2020». Pour y parvenir, l’organisme veut travailler sur les causes de la violence, en favorisant le développement.

avec :

Serge Michailof (chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), auteur notamment de Africanistan (Fayard, 2015)), Estelle Brack (économiste, spécialiste des questions bancaires et financières à l’iReMMO.), Thierry Vircoulon (Chercheur associé au Centre Afrique subsaharienne de l'Ifri.).

En savoir plus

Le 33e sommet de l’Union africaine s’est tenu ces deux derniers jours (dimanche 9 et lundi 10) à Addis-Abeba, autour d’un ambitieux programme : « Faire taire les armes en 2020».

Pour y parvenir, l’organisme annonce vouloir travailler sur les causes de la violence, en favorisant le développement. 

Publicité

Mais qu’y a-t-il vraiment derrière les discours ? L’Union africaine a-t-elle vraiment l’ambition d’en faire plus sur le plan socio-économique aux dépens de volet militaire ?

C’est en tout cas une question ancienne et ô combien importante : faut-il d’abord garantir la sécurité pour permettre le développement, ou d’abord engager le développement pour faire émerger la sécurité ? 

De la République démocratique du Congo au Mali, en passant par la Somalie, les deux options ont montré leurs limites respectives.

Des milliards de dollars ont été consacrés à l’aide au développement et au peace-building, avec un succès mitigé. 

Alors qu’un pays comme le Rwanda a su, dans les années qui ont suivi le génocide, allouer les fonds des bailleurs internationaux à la mise en place d’institutions fortes et à la reconstruction du pays, pour devenir, en quelques années, une puissance régionale d’envergure, d’autres, comme le Mali, ont été soutenus par des aides pendant des années sans que cela ne les empêche de sombrer dans la violence.

Comment faire en sorte que l’argent des bailleurs internationaux serve réellement à reconstruire durablement les régions détruites et à réhabiliter les Etats faillis ?

Dans des contextes d’instabilité politique structurelle, de tensions communautaires récurrentes et de corruption endémique, l’argent est-il vraiment le seul nerf de la guerre?

On essaie de rattraper quarante ans d’oubli de certaines régions par des aides publiques au développement massives sur trois ans. Serge Michailof

En savoir plus : L'Agence Française de Développement : quelle politique d'aide au développement de la France ?

« Nous avons un long passé de coopération militaire avec les régimes africains, et le résultat, c’est 60 ans d’échec. »  Thierry Vircoulon 

En savoir plus : Aide au développement française: changement de priorités en Afrique?

Bibliographie 

-  Thierry Vircoulon (Janvier 2020)  « Repenser l'aide aux Etats faillis »  The conversation ( https://theconversation.com/repenser-laide-aux-etats-faillis-130399?utm_medium=email&utm_campaign=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2031%20janvier%202020%20-%201522614514&utm_content=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2031%20janvier%202020%20-%201522614514+CID_3b4debcc3fa1977ccd0311a0c58f562b&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Repenser%20laide%20aux%20tats%20faillis  ) 

Extraits sonores : 

-      Cyril Ramaphosa, président de la république d’Afrique du Sud et président de l’Union Africaine le 07 février peu avant le 33e sommet de l’Union Africaine à Adis Adeba (Africa News, 08 février 2020)  

-      Extraits du documentaire « Faire taire les armes - Silencing the guns », Africa 24, 13 mars 2019 

Extraits musicaux : 

-      Musique en tapis : « African Pirates » de Nightmares on Wax (label : WARP) 

-      Musique de fin : « Oser inventer l’avenir » du rappeur sénégalais Didier Awadi (Label : Studio Sankara)

Retrouvez les musiques diffusées dans l'émission sur notre playlist Soundsgood à télécharger sur  Spotify, Deezer, Youtube, Napster :

Une émission préparée par Margaux Leridon. 

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Hélaine Lefrançois
Production déléguée
Bertille Bourdon
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Margaux Leridon
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation