L'actuel président de la Russie, Vladimir Poutine, annonce sa candidature à l'élection présidentielle, le 6 décembre 2017
L'actuel président de la Russie, Vladimir Poutine, annonce sa candidature à l'élection présidentielle, le 6 décembre 2017
L'actuel président de la Russie, Vladimir Poutine, annonce sa candidature à l'élection présidentielle, le 6 décembre 2017 ©Getty - NIZHNY NOVGOROD
L'actuel président de la Russie, Vladimir Poutine, annonce sa candidature à l'élection présidentielle, le 6 décembre 2017 ©Getty - NIZHNY NOVGOROD
L'actuel président de la Russie, Vladimir Poutine, annonce sa candidature à l'élection présidentielle, le 6 décembre 2017 ©Getty - NIZHNY NOVGOROD
Publicité
Résumé

En première partie, nous recevrons Hélène Sallon, journaliste au Monde, de retour de Mossoul. Puis en seconde partie nous nous pencherons sur la Russie alors que Vladimir Poutine est candidat à un quatrième mandat lors de l’élection présidentielle de mars prochain.

avec :

Hélène Sallon (journaliste au Monde.), Tatiana Kastouéva-Jean (Directrice du Centre Russie/Nouveaux états indépendants de l'Ifri), Andreï Gratchev (Historien, politiste, spécialiste des relations internationales et ancien conseiller de Mikhaïl Gorbatchev, dont il fut le porte-parole officiel d’août à décembre 1991).

En savoir plus

Dans quelques semaines maintenant, le 18 mars prochain, les Russes seront invités à se prononcer pour élire leur président et pour Vladimir Poutine, la perspective d’un échec semble assez peu probable. 

En effet, le scrutin a été parfaitement verrouillé, son principal opposant, Alexeï Navalny, ayant été interdit de concourir suite à une condamnation pénale qu'il estime avoir été orchestrée par le Kremlin,  il a d’ailleurs été à nouveau arrêté par la police, dimanche dernier, alors que des milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour dénoncer « la supercherie » de cette élection.

Publicité

Faute d’être en mesure de se présenter, Alexei Navalny appelle les Russes à ne pas voter pour dénoncer un scrutin joué d’avance. Et voilà, peut-être, le principal ennemi de Vladimir Poutine : l’abstention.

La victoire annoncée du chef du Kremlin pourrait-elle être ternie par un faible taux de participation ? D’après un récent sondage, les russes seraient 58% à être disposés à aller voter, contre 69% lors de l’élection de 2012, et 75% pour celle de 2008.

Poutine peut-il perdre face à l’abstention ? Jusqu’où pourrait-il être déstabilisé par une opposition qui peine à enrayer sa popularité ? D’ailleurs le problème ne vient-il pas du fait que, précisément, il n’y a pas « une opposition » mais « des oppositions » ?  

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny et Samuel Bernard.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Benjamin Hû
Réalisation
Marguerite Catton
Collaboration
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration