« Libérez les frites belges et non les mensonges ! », tel est le message d'un employé de Deliveroo lors d'une manifestation pour demander un meilleur statut le 27 janvier 2018 à Bruxelles.
« Libérez les frites belges et non les mensonges ! », tel est le message d'un employé de Deliveroo lors d'une manifestation pour demander un meilleur statut le 27 janvier 2018 à Bruxelles.
« Libérez les frites belges et non les mensonges ! », tel est le message d'un employé de Deliveroo lors d'une manifestation pour demander un meilleur statut le 27 janvier 2018 à Bruxelles. ©AFP - NICOLAS MAETERLINCK / BELGA
« Libérez les frites belges et non les mensonges ! », tel est le message d'un employé de Deliveroo lors d'une manifestation pour demander un meilleur statut le 27 janvier 2018 à Bruxelles. ©AFP - NICOLAS MAETERLINCK / BELGA
« Libérez les frites belges et non les mensonges ! », tel est le message d'un employé de Deliveroo lors d'une manifestation pour demander un meilleur statut le 27 janvier 2018 à Bruxelles. ©AFP - NICOLAS MAETERLINCK / BELGA
Publicité
Résumé

Des chauffeurs de VTC aux livreurs à vélo, le nombre de travailleurs employés par les plateformes numériques a explosé ces dernières années. Souvent situés dans une zone grise, entre salariat et auto-entrepreneuriat, leur statut interroge. Quel statut et quelle protection pour ces travailleurs ?

avec :

Donna Kesselman (professeure à l’université Paris Est-Créteil, sociologue du travail, spécialiste des droits sociaux aux États-Unis.), Odile Chagny (économiste, chercheuse à l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) et coordinatrice du réseau Sharers & Workers.), Patrick Cingolani (sociologue, professeur à l’université Paris Diderot.).

En savoir plus

Livreurs-cycliste,  chauffeurs de VTC, mais aussi bricoleurs ou aide-ménagères à la demande, ils sont nombreux, pour arrondir leurs fins de mois ou simplement gagner leur vie, à rejoindre les garnisons de plateformes numériques comme Uber, Deliveroo, Task Rabbit ou encore My Hammer. Officiellement indépendants, ils sont pourtant contrôlés et évalués par ces entreprises et leurs algorithmes.

Le recours aux tribunaux pour sortir de la zone grise 

Contrairement aux free-lance classiques, ils ne peuvent pas négocier leurs salaires et sont liés par bien davantage qu’un simple cahier des charges. Pour autant, le statut de salarié ne leur est jamais octroyé a priori et en cas de litige, certains décident de se tourner vers les tribunaux pour sortir de cette zone grise. En France, un projet de loi vient d’être adopté dans le cadre de la loi d’orientation sur les mobilités.

Publicité

La Commission européenne a retenu une approche inclusive : on considère que le droit est acquis pour le travail, quelques soient les conditions d’organisation du travail. Odile Chagny 

Que prévoit ce projet de loi français ? En quoi modifie-t-il relations entre les plateformes et les travailleurs indépendants ? Quels effets peut-on en attendre ? Et au-delà du cas français, quel statut et quelle protection pour les travailleurs des plateformes ? Comment améliorer le statut de ces travailleurs sans mettre en péril cette nouvelle économie numérique – dite « des plateformes » ? De l’Europe aux États-Unis comment peut, et doit, évoluer le droit ?

Une émission préparée par Margaux Leridon. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Extraits sonores :

- Témoignage de livreurs à vélo sur la précarité de leur statut (Les Pieds sur terre, reportage de Valérie Borst diffusé le 31 août 2018) 

- Témoignage d’un coursier travaillant pour Deliveroo (Le Parisien 27 août 2017) 

- Béatrice Couillard s’exprime lors d’une séance publique à l’Assemblée nationale sur la discussion du texte du projet de loi Orientation des mobilités le 03 juin dernier.

Extraits musicaux:

- Listen to The Drums d’Outlines (label : Sonar Kollectiv)

- Algorithm par Emmy the great (label : Bella Union)

28 min
58 min
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Maïder Gerard
Collaboration
Marguerite Catton
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation
Corentin Mançois
Collaboration