Présidentielle iranienne : un ultra conservateur sans rivaux : épisode 100/102 du podcast Table ronde d'actualité internationale

Ebrahim Raisi, chef du pouvoir judiciaire iranien, salue la presse avant de soumettre sa candidature aux élections présidentielles, au ministère de l'Intérieur dans la capitale Téhéran, le 15 mai 2021
Ebrahim Raisi, chef du pouvoir judiciaire iranien, salue la presse avant de soumettre sa candidature aux élections présidentielles, au ministère de l'Intérieur dans la capitale Téhéran, le 15 mai 2021 ©AFP - ATTA KENARE
Ebrahim Raisi, chef du pouvoir judiciaire iranien, salue la presse avant de soumettre sa candidature aux élections présidentielles, au ministère de l'Intérieur dans la capitale Téhéran, le 15 mai 2021 ©AFP - ATTA KENARE
Ebrahim Raisi, chef du pouvoir judiciaire iranien, salue la presse avant de soumettre sa candidature aux élections présidentielles, au ministère de l'Intérieur dans la capitale Téhéran, le 15 mai 2021 ©AFP - ATTA KENARE
Publicité

Depuis huit mois, le sud de Madagascar connaît une grave crise alimentaire en raison de la sécheresse, Gaëlle Borgia s'est rendue dans la région la plus durement concernée. Puis, direction l'Iran pour ses futures présidentielles, avec cinq ultraconservateurs sur les sept candidats.

Avec
  • Gaëlle Borgia correspondante à France 24
  • Marc Semo Correspondant diplomatique du Monde
  • Clément Therme Chargé de cours à l’université Paul-Valery de Montpellier
  • Azadeh Kian Professeure de sociologie, directrice du département de sciences sociales et du CEDREF à l'Université de Paris

Première partie - Retour de Madagascar 

Plus d'un million de personnes sont victimes d'une grave crise alimentaire et des dizaines de personnes sont déjà mortes de faim à Madagascar en raison de la sécheresse qui sévit depuis des années dans le sud de l'île. Une crise peu médiatisé suivie par Gaëlle Borgia qui s’est rendue dans la région d'Anosy, la plus durement frappée par la crise. 

Avec Gaëlle Borgia, correspondante à France 24. 

Publicité

Retrouvez le reportage "Madagascar, au bout de l'espoir" sur France 24

Seconde partie - Table ronde d'actualité internationale 

Présidentielle iranienne : un ultra conservateur sans rivaux

Le 18 juin prochain, les électeurs iraniens et iraniennes seront invités à se rendre aux urnes pour choisir le président qui succédera à Hassan Rohani, après deux mandats consécutifs. Leur choix se fera entre sept candidats, cinq côté des conservateurs, deux côté des réformateurs. Tous ont été triés sur le volet par un Conseil des gardiens de la Constitution qui a habilement écarté plusieurs figures pouvant faire obstacle au favori du guide suprême. 

En effet, l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad a été empêché de se présenter, tout comme l’ancien président du Parlement Ali Larijani (conservateur également et actuel conseiller auprès du Guide suprême) et le vice-président, Eshaq Jahanguiri, plutôt réformateur. Pour résumer, la route est toute tracée pour le candidat malheureux face à Rohani lors de l’élection de 2017 et actuel chef du système judiciaire : Ebrahim Raïssi.

Qui est Ebrahim Raïssi ? Peut-il perdre cette élection où il n’a plus de vrais opposants ? Quels sont les enjeux de ce scrutin ? 

Entretien avec Azadeh Kian, professeure de sociologie à l'Université Paris VII, directrice du département de Sciences sociales (IHSS) et directrice du Centre d'enseignement de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF) et Clément Therme, chercheur post doctorant au CERI (dans l’équipe « savoirs nucléaires ») – Sciences Po. 

Références sonores 

  • Extrait du reportage "Madagascar, au bout de l'espoir" ( France 24, 14 mars 2021)
  • Allocution d'Ebrahim Raissi, candidat aux élections iraniennes. Religieux chiite et homme politique iranien. Il est directeur de la fondation Astan-e Qods-e Razavi. ( France 24, 15 mars 2021)

Références musicales 

  • "Nofy" de Tao Ravao & Thomas Laurent de l'album "Au bout du petit matin"
  • "Ghadam Be Ghadam" de Justina 

L'équipe